Politique nationale de désenclavement: Lueur d’espoir pour les usagers de l’axe Bourem-Kidal

Le Premier Ministre,  Dr. Boubou Cissé, vient de signer avec  la Banque Africaine de Développement (BAD) un protocole de financement pour l’amélioration de la qualité du réseau routier de l’axe  Bourem-Kidal pour une enveloppe globale de  87 milliards de francs CFA.

 

«Une nouvelle qui fait renaitre le sourire».C’est du moins l’idée que peuvent se dire les usagers de cette route dont la traversée relève du parcours du combattant. Le présent projet routier d’un montant de 132,85 millions d’euros (soit 87,14 milliards FCFA)  permettra non seulement de résoudre des problèmes majeurs de paix, de sécurité mais aussi de promouvoir le développement économique et social à travers l’accessibilité facile de la zone. Un trajet routier long de 285,83 km, l’initiative s’inscrit  dans le but du Cadre stratégique pour la Relance économique et le Développement durable (CREDD) pour la période 2019-2023 notamment dans son axe n°2.

La cérémonie de signature fait le week-end dernier a enregistré la présence effective de plusieurs personnalités dont  la Directrice Pays de la Banque Africaine de Développement, Haly Louise Djoussou-Lorng, du Responsable des infrastructures de la Délégation de l’Union européenne, Lucas Ferroni, et du Ministre des Infrastructures et de l’Equipement, Mme Traoré Seynabou Diop.

De son côté, le Chef du Gouvernement, Dr Boubou Cissé, s’est félicité et a eu à encourager  l’excellence des relations de coopération entre le Mali, le Groupe de la Banque Africaine de Développement et la Commission européenne. Selon lui, ce projet est une infrastructure au centre d’enjeux économiques, sociaux, politiques et sécuritaires à l’échelle du continent. «Le financement de don d’un montant de 70 millions d’euros, soit environ 49,91 milliards de francs CFA de la Commission européenne à travers la Banque Africaine de Développement par délégation, s’inscrit dans le cadre de l’engagement de l’État malien à désenclaver le pays et impulser son développement économique et social », a-t-il rappelé avant de rajouter que le montant global du projet est «de 132,85 millions d’Euros, soit environ 87,14 milliards de francs CFA dont le Mali apporte un financement de 15,30 millions d’euros, soit 10, 036 milliards FCFA pour prendre en charge les coûts de sécurisation de la zone, les frais d’expropriation, de suivi de la mise en œuvre du Plan de gestion environnementale et sociale et de fonctionnement de l’unité de gestion du projet».

Bref, cette initiative, si, toutefois, elle ne devenait pas de mirage comme celle de Kati-Kolokani-Dijdiéni, servira d’escalier sûr à la croissance inclusive et la transformation structurelle de l’économie par le développement des réseaux d’infrastructures routières. Cela, vu son état stratégique et capital pour la stabilité politique du Mali et de la sous-région ouest africaine tout entière.

Seydou Konaté

LE COMBAT

Vous aimez nos articles, suivez-nous

Articles similaires.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *