Plateforme Ditale Kobri de Mohamed Kagnassy : La révolution verte en Afrique pose ses jalons en Guinée Le développement rural clé en main

Le développement rural en Guinée affiche désormais visage un nouveau : celui de l’innovation à travers la Plateforme digitale Kobiri avec pour objectif d’avoir une variété améliorée pour l’agriculture, un rendement élevé, et plus d’argent pour les producteurs.

Le président guinéen Alpha Condé ne semblait pas si bien dire lorsqu’il déclarait courant 2017 que “le levier principal du développement de son pays repose sur l’agro-industrie”. Une conviction qu’il a de tout temps partagée avec les pays africains alors qu’il était président de l’Union africaine, en les exhortant à s’appuyer sur le “potentiel agricole comme tremplin pour amorcer une véritable transformation industrielle et prétendre à l’émergence”.

Cette volonté affichée du président Condé s’est surtout traduite sur la base d’un programme audacieux et  volontariste d’appui aux producteurs de la Guinée afin de traduire en actions concrètes son engagement politique. Ainsi, Alpha Condé sur les conseils avisés de son conseiller au développement rural, Mohamed Kagnassy, a lancé son pays sur la voie de l’innovation afin d’optimiser le travail des producteurs guinéens. La plateforme Kobiri qui verra le jour par la suite, avec le soutien du président Condé, est un projet développé par West Wind Guinée de Mohamed Kagnassy, une entreprise déjà spécialisée dans le génie logiciel. Et grâce à cette application, le producteur modeste guinéen a la possibilité de faire agrandir son exploitation agricole mais aussi de profiter des avantages de la mécanisation.

Pour preuve, le producteur qui n’avait pas les moyens financiers parvient aujourd’hui à s’offrir des outils mécaniques grâce à Kobiri qui apporte des solutions et permet d’accroître les revenus des acteurs du monde rural.

Sans nul doute qu’aujourd’hui l’innovation agricole fait du chemin en Guinée et fait de nombreux heureux chez les agriculteurs.

Pour le fondateur-directeur de la start-up guinéenne Kobiri, Mohamed Kagnassy, il s’agit   avant tout de développer une plateforme numérique fournissant des services tels que la location de matériel (tracteurs, moissonneuses), la vente d’intrants, de semences, des produits d’assurance et une solution de paiement électronique en partenariat avec MTN Mobile Money et Orange Money.

Un cas pilote

Ce service permet aux petits producteurs d’avoir accès à la mécanisation sans être propriétaire de machines. Les différents services de Kobiri couvrent plusieurs secteurs  notamment  l’élevage, l’aviculture, la pisciculture, les phytosanitaires, les semences et autres services. Toute chose qui fera dire au directeur fondateur de la Smartphone guinéenne Mohamed Kagnassy que “l’esprit est d’innover chaque secteur pour plus de rentabilité et créer une base de données pour mieux orienter les actions à mener  sur le terrain”. Comme pour dire que  la modernisation du secteur est nécessaire pour “dynamiser nos économies”.

“Une croissance dans le monde rural a un impact réel sur nos économies. Il représente 60 à 70 % de nos populations, augmentation de la production, diversification des activités et hausse des revenus de nos agriculteurs”, a-t-il fait remarquer. Et d’ajouter que la plateforme Kobiri permet de “structurer le secteur grâce à une base de données pour une agriculture plus performante”.

L’expert en développement rural estime que le cas guinéen est un cas pilote sur tout le continent. Et revenant sur la présidence guinéenne de l’UA, il note que le message qui a été  retenu de manière générale, c’est la vision du président de la République de Guinée, le Pr. Alpha Condé qui est de faire en sorte que “le développement de l’agriculture fasse partie des priorités”. 

“Parce que non seulement l’agriculture concerne plus de 70 % de nos populations, mais c’est le secteur pourvoyeur d’emplois. C’est la raison pour laquelle je suis fier de servir la Guinée. Parce que la vision du président de la République de Guinée ne parle pas de l’agriculture traditionnelle, mais d’innovation”, explique le directeur-fondateur de Kobiri. Qui relève que “les outils numériques, et surtout les Smartphones, peuvent permettre à l’Afrique d’avoir un rôle moteur dans le domaine de l’innovation agricole”.

Du Centre de recherche agronomique en culture tropicale dans la province du Henan (Chine) à la Conférence de l’OCI sur l’investissement public et privé (Turquie), au Salon international de l’agriculture de Paris ou encore à la Conférence internationale de Tokyo (Ticad-7) sur le développement de l’Afrique, l’innovation agricole chère au président Condé à travers Kobiri est allée à la rencontre des partenaires et investisseurs du monde pour l’émergence d’une véritable révolution verte en Guinée.                           

 La Rédaction

Source: Aujourd’hui-Mali
Vous aimez nos articles, suivez-nous

Articles similaires.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *