Ouverture à Abidjan d’un forum régional sur les ressources minières et pétrolières de l’Afrique de l’Ouest

La deuxième édition du Forum des mines et du pétrole de la Communauté économique des États de l’Afrique de l’ouest (CEDEAO) dénommée «ECOMOF», la plus grande conférence du secteur pétrolier et gazier de l’Afrique de l’ouest, s’est ouverte lundi à Abidjan en présence du vice-président ivoirien, Daniel Kablan Duncan, a constaté APA sur place dans la capitale économique ivoirienne.

Plus 500 participants en provenance des pays de la sous-région et même au-delà  ainsi qu’une centaine d’exposants prennent part à ce  forum-exposition qui se veut une plateforme de réflexion pour la promotion et le développement du potentiel minier et pétrolier de l’Afrique de l’ouest.

«Les industries extractives jouent un rôle de plus en plus important dans le développement de nos pays et l’Afrique de l’ouest bénéficie d’un environnement naturel prometteur», a fait remarquer le vice-président ivoirien, Daniel Kablan Duncan  dans un discours d’ouverture de cette conférence, se félicitant de ce que la région ouest-africaine fournit  au niveau mondial, 10% du manganèse, 8% de la bauxite et 7% de l’uranium.

Poursuivant, M. Duncan a  rappelé les réformes engagées par le gouvernement ivoirien dans le secteur minier et pétrolier passant en revue dans la foulée, les atouts de son pays dans le secteur extractif.

«Le secteur minier ivoirien a enregistré fin 2017, 164 permis de recherche minière et 15 permis d’exploitation minière industrielle. Il y a eu un accroissement de prospection de notre bassin sédimentaire tant onshore qu’offshore », a expliqué le Vice-président ivoirien.

Ainsi depuis 2017, ce sont près de 23 nouveaux blocs qui ont été attribués à des grandes entreprises du secteur spécialisé dans l’exploration », a-t-il poursuivi,  ajoutant qu’il y a «une exploration réelle sur l’onshore ivoirien. Il y a un accroissement de notre production de près de 32% passant donc de 32.000 barils jour à bientôt 42.000 barils avec un objectif de 100.000 barils jour ».

Malgré ces performances, M. Duncan déplore que la contribution du secteur extractif dans le Produit intérieur brut (PIB) et sa capacité à générer des emplois décents et massifs reste en deçà de leur potentiel dans la plupart des pays de la sous-région.

A cet effet, quatre défis restent à relever selon lui dans ce secteur. A ce propos, il a cité, la réalisation d’infrastructures géologiques et géophysiques ainsi que l’optimisation des revenus de l’État dans le secteur de l’industrie extractive.

« Il est urgent pour notre sous-région d’entreprendre des réformes vigoureuses en vue de lever toutes les entraves au développement du secteur extractif. Ce forum devrait permettre de faire du secteur extractif, le 2è pilier de développement après l’agriculture », a-t-il conclu.

Avant lui, le ministre ivoirien des mines et de la géologie, Jean-Claude Kouassi,  s’est satisfait à, son tour du potentiel minier et pétrolier de l’Afrique de l’ouest. « La part du secteur des mines et du pétrole dans la création d’emplois et dans les recettes fiscales est en nette progression en Côte d’Ivoire», a-t-il révélé, soulignant cependant que ces performances « sont loin» de répondre aux attentes du gouvernement et des populations. C’est pourquoi, il a appelé les États de la CEDEAO à « redoubler d’efforts » pour relever les défis du secteur extractif.

Cette deuxième édition du forum et exposition de la CEDEAO sur les mines et le pétrole a pour thème, «stratégies pour promouvoir le développement des ressources minières et pétrolières en Afrique de l’ouest ».

Des conférences thématiques et des ateliers animés par des experts des secteurs minier, pétrolier et gazier, meubleront entre autres, ce forum qui s’achèvera mercredi.

SourceAPA

Vous aimez nos articles, suivez-nous

Articles similaires.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *