Mme Lelenta Hawa Ba et Aliou Diallo l’ont dit sur le site gazier de la société Petroma à Bourakébougou : -« Les 25 forages effectués par la société ont beaucoup donné» -«Si on arrive à exploiter cet hydrogène, je pense qu’on va oublier le problème d’électricité au Mali »

Le samedi 6 juillet 2019, la ministre des Mines et du Pétrole, Mme Lelenta Hawa Baba Ba a effectué une visite de terrain sur le site gazier de la société Petroma sis à Bourakébougou. Le  patron directeur général de ladite société, Aliou Diallo, a saisi l’occasion  pour  présenter les forages effectués  par la société et exprimer sa ferme volonté de fournir l’électricité au Mali à travers l’exploitation de l’hydrogène. 


«Le Mali n’est pas un pays pauvre. Son sous-sol est très riche. Il peut faire de ce pays le plus envié du monde quand on l’exploite bien. .. » Tels sont les propos de  Aliou Diallo dans ses sorties médiatiques et pendant les  campagnes électorales. Il a joint l’acte à la parole  à travers sa société Petroma qui a fait une exploration sur l’hydrogène. Déjà 20 forages de gaz ont été installés à Bourakébougou par ladite société.
La production va démarrer dans la quelques mois seulement. La ministre  des Mines et du Pétrole, Mme Lelenta Hawa Ba est allée sur le terrain le samedi 6 juillet dernier. L’entente entre la population et la société Petroma  était l’un des soucis du ministre. À ce point, le chef du village de Bourakébougou a levé tout équivoque : « Il y’a une parfaite entente entre ma population et les agents de la société. Aliou Diallo nous a respectés et a toujours fait ce que nous avons demandé. Nous sommes contents de lui et nous voulons que cette collaboration continue ».
Pour sa part, la ministre des Mines et du Pétrole, Mme Lelenta Hawa Baba Ba, a précisé qu’après la signature de la convention avec l’État, la société d’Aliou Diallo a réalisé beaucoup d’activités dans le cadre de la recherche. « Ces activités se résument à la géophysique, aux forages, 25 au total », a-t-elle déclaré. Selon la ministre de la tutelle, le niveau des 25 forages varie entre  100 et  200 mètres, voire plus. «  Et ce qu’on a remarqué, c’est que le gaz hydrogène a atteint le  niveau de 40 mètres », a-t-elle expliqué. À entendre les propos de la ministre, la société a installé une unité pilote avec un groupe électrogène pour ravitailler le village de Bourakebougou en électricité dans le cadre de l’étude de faisabilité. Pour elle, ce projet d’Aliou Diallo mérite d’être soutenu et encouragé,  car, dit-elle,  qui parle de production d’énergie, surtout de la quantité, parle du développement économique du pays. Elle estime que la fourniture d’électricité peut être faite à travers cet hydrogène « pur ». Mme Lelenta Hawa Baba a laissé entendre que des  études sont en cours pour analyser jusqu’où les gaz peuvent aller et voir si c’est renouvelable. « Les 25 forages effectués par la société ont beaucoup donné », a-t-elle reconnu tout en encourageant la société.
«  Vous êtes sur un site gazier. C’est la première fois qu’il y ait une exploration sur l’hydrogène », a introduit le PDG du Petroma , Aliou Dillo. Il affirme que tous les sondages faits pour la recherche de l’hydrogène naturel sont des forages positifs.  Ce qui est, selon lui,  rare dans l’industrie du pétrole et du gaz. «L’autorité pour la recherche pétrolière a attribué des blocs à beaucoup de sociétés étrangères. Nous sommes la seule société dont l’actionnariat est particulièrement contrôlé par des Maliens », explique-t-il.  Selon lui, excepté sa seule société, Petroma, toutes les autres se sont abritées derrière la clause de force majeure pour arrêter leurs activités au Mali.  « Nous sommes la seule  à braver cette situation, à continuer d’investir et à continuer d’augmenter nos ressources en hydrogène et trouver plus d’hydrogène », a-t-il déclaré avant d’ajouter : « En restituant le problème dans son contexte, on comprend mieux ce qui se passe, parce que les sociétés qui viennent forer, les sous-traitants qui travaillent , pour des raisons sécuritaires, ne veulent pas venir au Mali sans qu’on fasse appel  à des sociétés de sécurité qui sont à Londres , aux  États-Unis ou en l’Allemagne et en  France ». Selon Aliou Diallo, la Petroma a fait, en 2018, une  campagne de forage dont 20% des coûts était consacré à la sécurité. L’entrepreneur Diallo  a rassuré que quelles ques soient les difficultés auxquelles le Mali est confronté, sa société restera et travaillera pour son  développement. « Le Mali, c’est notre pays, on ne va jamais s’abriter derrière des clauses de forces majeures. On va continuer à   rechercher, explorer et  à mettre ce projet en production », a-t-il promis.
Le don d’électricité à la population de Bourakébougou par le Petroma
Selon le PDG, la société a pu donner de l’électricité à Bourakébougou pendant des années et à travers ce gaz. « Depuis 2012, on a mis une unité  pilote de production d’électricité pour prouver que ce gaz sert à quelque chose, à produire,  au moins,  de l’électricité », explique-t-il avant d’ajouter : « On a donné de l’électricité au village de Bourakebougou ». Ce n’est pas tout, la société veut faire plus en termes de production d’électricité à travers cet hydrogène pur. « Nous voulons introduire des piles à combustibles pour une plus grande quantité d’électricité. Le premier volet qui nous intéresse par rapport à ce gaz, c’est la production d’électricité », a-t-il insisté.
La présence de l’hydrogène prouvée sur  un espace de 800 km²
Selon Aliou Diallo, le permis de recherche dont dispose sa société  est de 43 000km².  « La partie où nous avons eu des recherches prouvées d’hydrogène, c’est à peu près 800 km² », déclare-t-il. Mais, précise-t-il, ça va jusqu’au-delà des 800 km².  « Il y a des recherches prouvées, des recherches probables et des recherches possibles », explique-t-il avant d’ajouter que la partie prouvée où on a foré, où on a trouvé de l’hydrogène à 200m, 500 m jusqu’à 1800m, se trouve dans une zone de 800 km². Pour le PDG de la société Petroma, l’exploitation de cet hydrogène mettra fin aux problèmes d’électricité au Mali «Si on arrive à exploiter cet hydrogène, je pense qu’on va oublier le problème d’électricité au Mali », a-t-rassuré.
Présent sur le lieu, le directeur général de l’autorité pour la recherche pétrolière, Ahmed Mohamed Ag, a encouragé la société d’Aliou Diallo.
Il faut préciser que la ministre a pu visiter 4 forages (Bougou). Des tests ont été faits devant elle et tout a été positif.
Notons que « Petroma Inc Canada » est une entreprise canadienne spécialisée dans la recherche, le développement et l’exploitation de l’hydrogène naturel et des hydrocarbures liquides et gazeux. Elle appartient à l’entrepreneur malien Aliou Diallo.
Envoyé à Bourakébougou
Boureima Guindo

Le Pays

Vous aimez nos articles, suivez-nous

Articles similaires.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *