Mines : les fuites illicites des ressources extractives au Mali sont 5 fois supérieures que l’aide au développement

«Contenu local et transferts infranationaux dans le secteur des industries extractives au Mali», c’est l’intitulé d’une étude réalisée par la coalition sous-régionale ‘’Publiez ce que vous payez ’’ (PCQVP) en partenariat avec sa filiale malienne, sur l’exploitation de ressources extractives en Afrique. L’Etude qui a été validée le week-end dernier au Centre Aoua Kéita au cours d’une rencontre présidée par le chef de Cabinet du ministère des Mines, a regroupé les responsables du PCQVP, les représentants de la commission de l’Assemblée nationale et les organisations de la société civile œuvrant dans le domaine des Mines.

caisses or orpaillage lingots koulouba

Il ressort de cette étude que les pays africains notamment ceux de l’Afrique de l’Ouest possèdent des réserves significatives dans les domaines minier, pétrolier et gazier. Ces ressources extractives sont exploitées depuis des décennies, mais l’impact de ces activités sur le développement des populations riveraines n’est pas perceptible. Plus grave, ces populations subissent en retour les nuisances environnementales et perdent parfois leur cadre de vie et leurs moyens de subsistance suite à des déguerpissements consécutifs à la décision d’exploiter des gisements.

C’est pour mettre fin à cette situation et créer les conditions d’une meilleure gouvernance des ressources naturelles que la Coalition ‘’Publiez ce que vous payez’’ a adopté en 2012 la vision 20/20 qui est celle «d’un monde où tous les citoyens bénéficient de leurs ressources naturelles aujourd’hui et demain». Elle s’inscrit aussi dans le cadre de l’exécution du projet «promotion des droits économiques et sociaux des communautés des sites d’extraction». L’étude sur le contenu local et les transferts infranationaux dans le secteur des industries extractives qui vient d’être validée s’inscrit dans ce même cadre.

Rappelons que cette étude de la coalition (PCQVP) a été menée dans trois pays : Mali, Niger et Côte-d’Ivoire. Au Mali, elle a été réalisée dans les mines d’or de Syama dans la région de Sikasso,  et de Kéniéba dans la région de Kayes.

Selon le représentant de la commission Mines de l’Assemblée nationale, entre 2010 et 2014, les fuites illicites liée à l’exploitation incontrôlée des ressources naturelles au Mali est 5 fois supérieures que l’aide publique au développement accordée au Mali à la même période. Cette étude,  a indiqué l’honorable Boubacar Sissoko, permettra une prise de conscience chez les autorités.

Le chef de cabinet du ministère des Mines, Robert Diarra a aussi salué l’initiative de la coalition ‘’Publiez ce que vous payez’’. Une étude qu’il a qualifié de salutaire pour notre pays et qui prouve que le gouvernement et la société civile travaillent pour l’atteinte des mêmes  objectifs, c’est-à-dire l’amélioration de la gouvernance du secteur minier.

M’Pè Berthé

Source: Delta News

Vous aimez nos articles, suivez-nous

Articles similaires.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *