Mauvaise gouvernance à l’Agetipe-Mali ; Le Directeur et les membres du Conseil d’administration indexés

La mauvaise gouvernance est devenue le quotidien de l’Agetipe-Mali. Cette situation suscite des grincements de dents au niveau de la structure. Le dernier en date est celui de Sékou Cissé représentant du Conseil national des jeunes, membre de l’Association Agetipe-Mali. Dans une correspondance en date du 30 juillet 2019, Sékou Cissé interpelle le président de l’association Agetipe-Mali sur l’irrégularité sur la forme et le fond concernant le renouvellement de la convention du mandat du Directeur Général de L’Agetpe-Mali.

L’Agetipe-Mali est une agence créée par la Banque mondiale en 1991.

Le processus a vite évolué après les événements du 26 mars 1991 par le gouvernement de transition mis en place par conséquent.

Ses objectifs sont, entre autres, de créer des emplois  à travers  la réalisation d’infrastructures communales, la création des petites et moyennes entreprises, la formation des entrepreneurs.

Le but essentiel était de faire baisser également la tension sociale suite à la mise en œuvre du programme d’ajustement structurel (P.A.S.).

Bref. Et voilà suite à la venue de l’actuel Directeur qui aurait été recruté par Ousmane Issabre  comme directeur technique sur du faux ;

Boubacar Sow était rapporteur de la commission et envoyé par l’ordre des ingénieurs conseils suivant appel d’offre n°14528 du 16/08/2001.

Ousmane Issabre aurait rendu infructueux cette offre et lance un nouvel appel d’offre. Boubacar Sow rapporteur de la commission devient candidat et passe directeur technique. Quelle forfaiture  intellectuelle connaissant les lettres de motivation des candidats de l’ancienne offre !

Les jours sombres ont  commencé pour l’agence

De 2001 à 2005, plus de 800.000.000 FCFA auraient été vidés des comptes de l’Agetipe –Mali au profit des entrepreneurs et bureaux  par les tribunaux de ce pays.

Quelle perte pour cette belle agence qui ne mérite pas cette  gestion catastrophique !

De 2001 à 2019, ce mauvais ingénieur à la commande de l’Agence depuis 18 années est cousu de mensonges à tous bords.

Depuis 9 ans, en tant que Directeur, il toucherait environ 4.5 millions de FCFA, selon certaines indiscrétions de la boîte. Il y a des vices de forme dans la gestion actuelle.

Ce qui est grave, certains membres du conseil d’administration séjourneraient depuis plus de 10 ans en permanence sans renouvellement.

Le président actuel Moussa Amion Guindo aurait fait un mandat. Il est parti et revenu pour un nouveau mandat. Ceci montre le  caractère de conflit d’intérêt au sein de l’Agetipe.

Ce Président a signé le contrat du directeur général le 24/11/2011 sans que les autres membres du conseil d’administration soient informés comme le stipule l’article 48 : « La rémunération du directeur général est fixée par le conseil d’administration et notifié par son président ».

Egalement, certains représentants des ordres professionnels dans le conseil d’administration se seraient tapés des marchés truqués à la suite d’un favoritisme criard.

La mission du Conseil d’administration est d’assurer une garantie de gestion saine, transparente et impartiale.

Actuellement, le commissariat au compte de l’agence est dans l’illégalité totale puisque ce cabinet est contractuel il y a plus de dix ans.

La durée légale est de 3 ans renouvelables.

Des rumeurs venant de l’Agetipe parlent du comportement de certains membres de l’association qui se précipitent pour le renouvellement d’un nouveau contrat du directeur pour un montant de 6 millions de FCFA.

Evaluation du directeur général actuel

Un plan stratégique aurait été élaboré non pas par la direction  en son temps, mais par un informaticien démissionnaire en 2011 puisque ce plan avait été discuté par l’intérimaire de Kassoum Diallo qui l’avait mis de côté.

Pour négocier son retour, ce revenant en la personne d’Adama, avait empoché 16 millions de FCFA après 6 mois à l’Amader. Il revient  pour prendre le contrôle des finances avec la complicité du directeur général qui est habitué aux faussetés notoires.

Aujourd’hui, ce plan stratégique élaboré par Bengaly Adama et évalué par ce dernier sert de base pour renouveler le mandat du directeur général.

Où est la déontologie ?

En rappel, le mandat du directeur général aurait été signé  pour la première fois pour trois ans le 24 novembre 2011. Ce contrat a été renouvelé pour la deuxième fois à 5 années et finirait le 31/12/2019.

La personne ayant élaboré le plan stratégique fait un rapport d’évaluation et le soumet au conseil d’administration.

Ce conseil se serait agité de nouveau pour un contrat encore ignorant qu’une fois signé, le directeur général tombe dans le contrat à durée indéterminée.

En somme,  Boubacar Sow est à l’Agetipe depuis 2001, soit 18 ans de service.

Tous les directeurs précédents se sont limités relativement à 8 ans.

Monsieur Sow,  ça suffit !

Correspondancparticulière

Source: Le Prétoire

Vous aimez nos articles, suivez-nous

Articles similaires.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *