Marchés à bétail de Koro et de Katélé: un investissement de plus de 200 millions FCFA

La ministre de l’Elevage et de la pêche, Mme LY Taher DRAVE, a présidé, le vendredi 20 octobre, à Katélé dans la commune rurale de Zégoua, cercle de Kadiolo, la cérémonie de rétrocession des marchés à bétail de Koro (Mopti) et de Katélé (Sikasso), financés par l’UEMOA dans le cadre de l’intégration régionale. Ces réalisations de plus de 200 millions de FCFA permettront d’améliorer la production et les échanges d’animaux et de produits animaux dans l’espace UEMOA.

ly taher drave ministre peche elevage visite koro katele

La cérémonie a enregistré la présence du gouverneur de Sikasso, Bougouzanga COULIBALY ; du directeur de cabinet du gouverneur de Mopti, du Commissaire de l’UEMOA en charge du département de la sécurité alimentaire, de l’Agriculture, des mines et de l’environnement, Jonas GBIAN ; des autorités traditionnelles, communales et administratives de Zégoua et de Kadiolo et les éleveurs.

La satisfaction des bénéficiaires
Dans ses mots de bienvenue aux délégations venues de Bamako, Mopti, Burkina Faso et de la Côte d’Ivoire, le maire de la commune rurale de Zégoua, Bakary COULIBALY, a apprécié à sa juste valeur la reconnaissance des populations à l’endroit de l’UEMOA pour cette action salvatrice.
Aussi, a-t-il souhaité la pérennisation des actions pour le bien-être des populations, avant d’appeler la ministre de l’Elevage et de la pêche à continuer de plaider auprès de l’UEMOA en leur faveur.
Le porte-parole des marchands de bétails, Karim SIDIBE, a indiqué que les problèmes qu’ils font face ont pour noms : l’abondance des petits garbals (marché à bétail) dans les environnants et le problème d’eau pour les animaux.
Il a profité de l’occasion pour rappeler les démarches entreprises par leur président au Mali et dans les pays limitrophes en vue de rassembler tous les acteurs pour le bon fonctionnement du grand marché à bétail qui vient d’être mis à leur disposition.

Un nouveau jalon posé par l’UEMOA
Le Commissaire de l’UEMOA en charge du département de la sécurité alimentaire, de l’agriculture, des mines et de l’environnement a exprimé toute la reconnaissance de la Commission au Président de la République, Ibrahim Boubacar KEITA, et au peuple malien pour les appuis constants et multiformes dont l’organisation bénéficie dans le cadre de la mise en œuvre de ses projets et programmes communautaires.
Selon Jonas GBIAN, cette cérémonie de rétrocession est l’occasion pour la Commission de l’UEMOA de poser un nouveau jalon en vue d’enrichir la longue chaine de coopération et de solidarité entre le Mali et la Commission de l’UEMOA.
Pour lui, c’est dans le souci d’optimiser la contribution du sous-secteur de l’élevage au bien-être des populations, que la Commission de l’UEMOA a adopté en 2007, dans le cadre de la mise en œuvre de la Politique agricole de l’Union, le Plan directeur des filières agricoles prioritaires, portant notamment sur le bétail, la viande et l’aviculture.
Aussi, a-t-il fait savoir, la construction des marchés à bétail ou leur rétrocession, la lutte contre les maladies animales ainsi que la modernisation des abattoirs figurent au nombre des actions prioritaires que l’UEMOA a proposé dans ledit Plan directeur de développement des filières agricoles prioritaires.
«Les marchés à bétail constituent un puissant facteur d’intégration car ils permettent de renforcer les complémentarités entre les pays sahéliens et les pays côtiers dans le secteur du bétail et de la viande. En outre, ils contribuent aux économies des Etats membres et à la sécurité alimentaire de la région », a déclaré Jonas GBIAN.
Le projet de construction et de réhabilitation des marchés à bétail transfrontaliers dans l’espace UEMOA, a-t-il soutenu, a permis la réhabilitation de 6 marchés à bétail existants et la construction de 18 nouveaux marchés.
Ces réalisations, est-il convaincu, doivent permettre le renforcement du maillage des marchés à bétail transfrontaliers dans les Etats membres ; la sécurisation des transactions et le renforcement de la sécurité des éleveurs et de leurs biens ; l’amélioration substantielle des recettes des collectivités locales bénéficiaires ; le contrôle des flux d’entrée et de sortie des animaux et l’amélioration des statistiques sur les transactions commerciales.
Au Mali, souligne Jonas GBIAN, la mise en œuvre des trois conventions signées avec l’Autorité de développement intégré de la région du Liptako-Gourma (ALG), retenue par la Commission comme Maitre d’ouvrage délégué, a permis la réhabilitation du marché de Kadiolo et celui de Koro, pour un coût global de 240 millions de FCFA.
Il a enfin invité les bénéficiaires et les autorités locales à prendre des dispositions nécessaires en vue de garantir la durabilité des infrastructures, tout en insistant sur l’implication et la responsabilisation des populations dans l’entretien et la gestion des ouvrages.

Augmenter la contribution de l’élevage au PIB
Pour sa part, la ministre de l’Elevage et de la pêche, LY Taher DRAVE, a commencé son allocution en remerciant l’UEMOA et l’Autorité de Liptako-Gourma (ALG) pour la réalisation des deux marchés qui témoigne de leur attachement au développement de l’élevage de la sous-région et particulièrement du Mali.
La politique nationale de développement de l’élevage, dira Mme LY, s’inscrit en droite ligne de la Politique agricole de l’Union sous régionale et dans les objectifs de l’ALG pour un développement accru des ressources animales en vue d’augmenter la contribution de l’élevage au PIB du pays et à l’amélioration des revenus des éleveurs à travers un développement des infrastructures marchandes.
Aussi, a-t-elle souligné, le Président IBK a ordonné de renforcer la dynamique des filières d’élevage en prenant en compte les aspects liés à la production, la transformation, la commercialisation, le stockage, la distribution et la consommation.
Par ailleurs, Mme la ministre s’est réjouie de la réalisation de ces infrastructures d’une capacité théorique de 1 500 à 2 000 têtes de bovins et de 750 à 1 000 têtes d’ovins /caprins, toutes fonctionnelles ; et permettront non seulement de sécuriser les animaux mais aussi de suivre leur état sanitaire avant la commercialisation.
Selon la ministre de l’Elevage et de la pêche, les deux marchés à bétail ont coûté 219 152 480 de FCFA dans le cadre de la convention d’agence d’exécution, signée le 23 juin 2014 entre l’UEMOA et l’ALG, et de concert avec les autorités régionales.
Dans le souci de pérenniser les infrastructures et de responsabiliser les collectivités, elle a ordonné au Gouverneur de la région de Sikasso à procéder à la dévolution du marché à bétail de Katélé à la commune de Zégoua par décision n°2017-0812-GR-SIK-CAB du 14 août 2017. Quant à la dévolution du marché à bétail de Koro, elle est en cours.
«La position du marché de Katélé est très stratégique, car le cercle de Kadiolo est le lieu de convergence des animaux des pasteurs du Delta et de ceux du Gourma en saison sèche pour le pâturage et pour le transit vers la Côte d’Ivoire. Cette convergence permanente crée et alimente un flux important pour la commercialisation du bétail. Quant au marché de Koro, il accueille un important flux de bétail pour le commerce vers les pays côtiers comme le Togo, le Bénin et le Ghana », a affirmé LY Taher DRAVE.
Elle a saisi l’occasion pour lancer un appel aux éleveurs et aux opérateurs privés de s’investir résolument dans l’amélioration des systèmes d’élevage et dans la promotion de l’industrie de la viande.
Aussi, a-t-elle invité les marchands de bétails de la région de Sikasso à plus d’agressivité en exploitant ces nouvelles opportunités.
Notons qu’après la cérémonie de rétrocession et la visite guidée des installations, la ministre LY Taher DRAVE et le Commissaire de l’UEMOA, Jonas GBIAN, ont procédé, au gouvernorat de Sikasso, à la signature des documents de rétrocession.

PAR MODIBO KONE
ENVOYE SPECIAL

 

Source: info-matin

Vous aimez nos articles, suivez-nous

Articles similaires.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *