Mali : l’Etat se prive de TVA pour permettre la baisse des prix des denrées alimentaires

Le gouvernement a annoncé le 10 mars des mesures pour favoriser la baisse des prix des denrées alimentaires au Mali. L’Etat a notamment décidé de suspendre la TVA sur les matières premières dont l’augmentation des prix a entrainé celle du pain et de la viande.

 

De 250 F, le prix du pain stagne désormais à 300 F. Malgré les protestations des associations de consommateurs, la baguette ne retrouve toujours pas son ancien prix partout au Mali. Une situation qui ne va plus durer, promet le gouvernement. Le ministre de l’industrie du commerce et de la promotion des investissements a dévoilé le 10 mars son plan pour y parvenir. Avant d’adopter sa stratégie, le gouvernement s’est d’abord assuré des causes des hauses en cours.

Les études ont permis de balayer l’hypothèse d’une spéculation initiée par les acteurs des secteurs du pain et de la viande. Pour le premier produit, la hausse s’expliquerait ainsi surtout par l’augmentation du prix de la farine. L’effort du gouvernement a consisté à abandonner la TVA sur l’importation de la farine au Mali. Cependant, cette seule mesure se suffirait pas puisque cette importation ne représente qu’environ 20 % du produit consommé dans notre pays. Le reste étant fabriqué localement.

Le blé, matière première de la farine, connait également une hausse mondiale au niveau du prix. A ce sujet, outre l’effort fiscal, le gouvernement a obtenu des producteurs de farine de constituer des stocks pour pouvoir prévenir d’éventuelles futures hausses. Les banques ont accepté d’accompagner cette mesure proposée par le gouvernement en baissant leurs taux de crédit.

Pour le cas de la viande, le ministre de l’industrie du commerce et de la promotion des investissements estime que la hausse est due à un problème national: la forte baisse de la production de coton. A ce niveau, l’Etat a suspendu la TVA sur toutes les importations de graines venant des pays voisins et pour tous les achats effectués au niveau de la CMDT. En outre, une distribution gratuite de 33.000 tonnes d’aliment bétail est en cours. Cette action vise à obtenir des éleveurs une baisse du prix des bœufs.

Le Gouvernement rassure qu’un cadre de concertation existe avec les acteurs des secteurs où des hausses des prix sont constatées. Des équipes sont également en place pour suivre semaine par semaine les changements au niveau des prix des denrées de première nécessité.

 

Source : Malivox

Vous aimez nos articles, suivez-nous

Articles similaires.