MALI-BANQUE MONDIALE : revue 2013 du portefeuille des projets

Le gouvernement malien, à travers le ministère de l’Économie et des finances, et la Banque mondiale (BM) organisent conjointement, à Bamako, une rencontre axée sur la revue 2013 de la performance du portefeuille des projets du Mali et le lancement de la Stratégie intérimaire 2014-2015 qui s’inscrit dans un contexte de relance économique et sociale.

Mme Bouaré Fily Sissoko-ministre de l'economie

Commencés hier mercredi, les travaux prendront fin ce jeudi, selon des sources officielles.

L’objectif de la première journée est de passer en revue la performance globale du portefeuille et de formuler un plan d’action visant à améliorer la qualité et la mise en œuvre des projets et programmes financés par la Banque mondiale, a affirmé à Xinhua Moussa DIARRA, conseiller en communication du bureau local de la Banque mondiale.

La deuxième journée sera consacrée au lancement de la stratégie intérimaire et à la présentation des aspects innovateurs dans la mise en œuvre des nouvelles activités en cours de préparation, a ajouté M. DIARRA cité par Xinhua.

Cette rencontre constitue l’espace approprié pour échanger sur l’ensemble des problèmes pouvant affecter la mise en œuvre des projets et programmes dans des conditions satisfaisantes afin d’identifier des pistes de solution, a précisé le conseiller en communication du bureau local de la Banque mondiale.

Le gouvernement malien et la Banque mondiale attachent une importance capitale à cet exercice qui s’inscrit dans un contexte de relance, a conclu M. DIARRA.

Mieux, parallèlement à l’État, la Banque mondiale travaille en synergie avec les Organisations de la société civile (OSC) à travers le Partenariat mondial pour la responsabilité sociale ou GPSA qui vient lancer, au Mali même, son deuxième appel mondial à propositions afin de recueillir des initiatives et programmes de responsabilité sociale auprès justement des OSC.

D’ailleurs, selon un communiqué du bureau local de la Banque mondiale, cité par Xinhua, le GPSA sollicite au Mali des propositions pour traiter de la surveillance de l’élaboration et la mise en œuvre du budget de l’État, en particulier au niveau local.

L’information produite par les projets retenus, selon la même source, sera utilisée par le ministère malien de l’Économie et des Finances pour améliorer la gestion du budget et la mise en œuvre aux niveaux national et local.

Les propositions du Mali, elles, porteront sur la surveillance des services d’éducation préscolaire et primaire, avec un accent particulier sur les groupes vulnérables tels que les jeunes filles et les pauvres. Le but étant de permettre au ministère de l’Éducation nationale d’utiliser l’information produite afin d’améliorer la prestation des services et de concevoir des mesures correctives pour améliorer l’accès à l’éducation des groupes vulnérables.

Les propositions porteront enfin, selon la même source, sur des activités de renforcement des institutions et des capacités grâce à un « apprentissage par la pratique » qui permettra d’améliorer la capacité des OSC à promouvoir la responsabilité sociale.

« À travers ce programme, la société civile et les pouvoirs publics maliens peuvent relever ensemble les défis majeurs de la gouvernance », selon le directeur des opérations de la Banque mondiale pour le Mali, Ousmane DIAGANA, cité par Xinhua.

Mais, au-delà du Mali, c’est l’ensemble du Sahel qui attire l’attention de la Banque mondiale dont les efforts, sur deux ans, porteront sur l’agriculture et les infrastructures, nécessitant une aide supplémentaire à hauteur de 1,5 milliard de dollars pour le Sahel.

« Le groupe de la Banque mondiale s’est engagé à réaliser de nouveaux investissements régionaux (NDLR, au Sahel) à hauteur de 1,5 milliard de dollars, au cours des deux prochaines années », a déclaré Jim Yong Kim, le président de la Banque mondiale, au terme d’un périple dans les pays du Sahel (Mali, Niger, Burkina-Faso et Tchad), à la mi-novembre 2013.

« L’une des conclusions que nous avons tirées de notre visite est qu’une démarche régionale coordonnée s’impose pour s’attaquer aux principaux problèmes de développement de la région », a-t-il observé ; précisant que les aides supplémentaires annoncées par la BM « viendront appuyer des priorités clefs du développement régional, tels que les régimes de protection sociale », sans oublier les infrastructures, le pastoralisme, l’agriculture, etc.

Pour rappel, l’enveloppe de 1,5 milliard de dollars comprend 300 millions alloués par la Société financière internationale (IFC) ainsi que 585 millions de garanties de la part de l’Agence multilatérale de garantie des investissements (MIGA) en vue d’un projet gazier en Mauritanie.

Par Seydina Oumar

DIARRA-SOD

Source: info-matin.info

Vous aimez nos articles, suivez-nous

Articles similaires.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *