L’Office de protection des végétaux : CAP SUR LA RÉORIENTATION DES INTERVENTIONS

La 13ème session ordinaire du conseil d’administration de l’Office de protection des végétaux (OPV) s’est tenue jeudi dernier dans la salle de conférence de la structure au Quartier du fleuve.

kassoum denon ministre agriculture

L’ouverture du conseil d’administration a été présidée par le ministre de l’Agriculture, Kassoum Denon, en présence des autres administrateurs.
Dans son intervention, le directeur général par intérim de l’OPV, Zoumana Berthé, a déclaré que le crédo de l’Office est de contribuer à la réalisation des objectifs que s’est assigné le ministère de l’Agriculture dans l’atteinte de la souveraineté alimentaire nationale. Toujours selon Zoumana Berthé, les contraintes auxquelles le service qu’il dirige est confronté sont nombreuses : insuffisance du personnel, avec seulement 126 agents et un besoin de 303 travailleurs pour couvrir le cadre organique ;  faiblesse de la dotation budgétaire, etc.
Levant un coin de voile sur les perspectives de l’Office pour 2017 – 2018, M. Berthé a annoncé le redéploiement d’un dispositif efficace de surveillance et de lutte contre les nuisibles des cultures  (céréalières, maraîchères, fruitières), des récoltes et des pâturages ; la formation du personnel et des agents d’appui conseils, du personnel de l’administration, des élus locaux, des brigades villageoises d’intervention phytosanitaire, des producteurs et autres acteurs sur les techniques de surveillance et de lutte contre les nuisibles des cultures, des récoltes et des pâturages. La diffusion des bonnes pratiques agricoles et de l’information phytosanitaire ainsi que le développement des axes de collaboration et de partenariat figurent aussi en bonne place parmi les activités prévues, a renchéri le directeur général de l’OPV.
Le ministre  de l’Agriculture a, dans son allocution d’ouverture, indiqué que l’Office de la protection des végétaux demeure un outil de perfectionnement et d’appui – conseil pour l’adaptation de pratiques de gestion intégrée des déprédateurs. Son rôle est déterminant dans la réalisation des objectifs d’intensification de la production agricole visant à garantir la souveraineté alimentaire et faire du secteur du développement rural, le moteur de l’économie nationale, a ajouté Kassoum Denon.
Le chef du département de l’Agriculture a rappelé que la campagne agricole 2016-2017 a été principalement marquée par une situation phytosanitaire relativement faible avec des pics d’infestations par endroits de sauteriaux et de coléoptères dans les régions de Koulikoro et de Kayes ainsi que des menaces d’oiseaux granivores dans les zones rizicoles aménagées des régions de Koulikoro, de Ségou et de Mopti. S’y ajoute la manifestation d’autres insectes nuisibles : mouches des fruits sur les manguiers dans la région de Koulikoro, chenilles,  pucerons, iules et termites sur le mil, sorgho, riz dans la bande sahélienne des régions de Kayes, de Koulikoro, de Sikasso et de Ségou. L’activité néfaste des rongeurs sur le riz dans la zone Office du Niger est également à noter.
Ces rongeurs ont été maitrisés par les actions conjuguées et coordonnées du personnel d’appui conseil de l’OPV et d’autres structures impliquées d’appui conseil, des producteurs et des collectivités territoriales, a toutefois précisé le ministre Denon.
À noter que le programme phytosanitaire, au titre de la campagne agricole 2017 – 2018, qui a été examiné au cours du conseil d’administration s’articule autour de la surveillance phytosanitaire des cultures, des récoltes et des pâturages ; de la lutte contre les nuisibles ; du renforcement de cadres de collaboration et de partenariat ainsi que du renforcement de capacités des agents et des producteurs.
Créé par la loi n° 05-11 du 11 février 2005, l’Office de protection des végétaux est un établissement public à caractère administratif doté de la personnalité morale et de l’autonomie financière. Il a pour mission d’assurer la mise en œuvre de la politique nationale en matière de protection des végétaux.
Le budget prévisionnel de l’OPV pour 2017 est de 912 948 000 Fcfa contre 821 048 000 Fcfa en 2016 soit une augmentation de 11,19 %.
Tènimba Kiabou

Source: essor

Vous aimez nos articles, suivez-nous

Articles similaires.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *