Le Ministre des Transports et de la mobilité urbaine à l’ANASER Ibrahima Ly instruit aux agents de communiquer suffisamment sur les pertes en vie humaine des suites d’accidents de la circulation

» Une mort sur la route est une mort de trop « . C’est ce constat qui a amené le Ministre des Transports et de la Mobilité Urbaine, Ibrahima Abdoul Ly, lors de sa prise de contact avec les agents de l’Agence Nationale de la Sécurité Routière (ANASER), à instruire aux agents de cette autorité routière à changer leur méthode de sensibilisation en communiquant beaucoup sur le nombre de morts à la suite d’accidents de la circulation routière. Ce, pour inviter les usagers à plus de prudence et d’observation du code de la route.

 

Le Ministre des Transports et de la Mobilité Urbaine, Ibrahima Abdoul Ly a rencontré, la semaine dernière, l’une des structures phares de son département, chargée de la sécurité routière.

Au cours des échanges, le Ministre a salué les efforts de sensibilisation de l’ANASER dans sa stratégie de réduire le nombre de morts des suites d’accidents de la route. Néanmoins, il a instruit aux agents de changer leur plan de communication,  » je vous demande de beaucoup communiquer sur le nombre de morts par mois « . Cela permettra de mieux dissuader les usagers de la route.

La campagne de sensibilisation sur le port de casque a montré ses limites, car les jeunes n’observent pas les conseils prodigués.

Rappelons que l’ANASER a été créée en 2009. Elle est un établissement public à caractère administratif dont la mission principale est de promouvoir et de renforcer la sécurité routière en vue de contribuer à l’amélioration des conditions d’exploitation du réseau routier.

613 morts en 2018

En termes de résultats l’atelier de validation des statistiques d’accidents de la route, du 29 avril 2019 a noté la réduction du nombre de victimes d’accidents de la circulation routière de 801 en 2017 à 613 en 2018.

Signalons que l’agence envisage d’organiser la formation de 200 conducteurs professionnels (bus et semi-remorques), de lancer la campagne de communication et de sensibilisation des jeunes usagers de la route dans 100 écoles et collèges, lycées, points de commerce et lieux de travail sur le port du casque, l’appui à l’organisation de 50 contrôles routiers (alcool et stupéfiant au volant/guidon, état des véhicules, téléphone au volant, port de casque de protection, vitesse excessive et autres infractions aux règles de la circulation routière), la libération du domaine public routier dans le District de Bamako, les régions et à l’interurbain.

Notons que l’ANASER est présentement confrontée à des difficultés liées au recouvrement des ressources, le manque de dispositif d’enlèvement des véhicules en stationnement dangereux, l’inexistence d’un fonds autonome de la sécurité routière consacré au financement des actions de sécurité routière conformément à la directive de l’UEMOA préconisant un schéma harmonisé de gestion de la sécurité routière dans les Etats-membres.

Falé  COULIBALY

Source: l’Indépendant

Vous aimez nos articles, suivez-nous

Articles similaires.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *