Le Mali revoit à la hausse sa production à 70 tonnes d’or en 2015

Annoncée à 50 tonnes au début de l’année, la production aurifère du Mali aurait atteint 70,2 tonnes en 2015, selon les nouveaux chiffres avancées par l’Institut national de la statistique, rapportés par “Reuters”. Une hausse due en grande partie à la production artisanale.

or mali brille mine

En 2015, le mali a produit 70,2 tonnes d’or (évaluées à 2,2 milliards de dollars), contre 53,2 tonnes en 2014. Ce sont les nouveaux chiffres avancés le samedi 09 juillet par l’Institut national des statistiques (Instat) et repris par l’agence Reuters.

En janvier dernier, les autorités maliennes avaient indiqué que la production aurifère du pays était restée stable en 2015 à environ 50 tonnes. L’Instat explique les nouveaux chiffres par une nette progression de la production aurifère artisanale.

Si la production industrielle est bien de 46,5 tonnes (+0,7 tonne sur un an), comme annoncé en janvier, l’extraction artisanale a elle été nettement plus élevée à 23,7 tonnes contre 4 tonnes évoquées au début de l’année. Cette extraction artisanale est en hausse de +16,3 tonnes par rapport à 2014.

Un secteur artisanal dynamique

« Ces chiffres montrent que l’exploitation minière à petite échelle est en progression. C’est un secteur dynamique qui pourrait produire presque autant que les sociétés minières industrielles. Voilà pourquoi les autorités doivent l’organiser », a déclaré Abdoulaye Pona, le président de la Chambre des mines du Mali, cité parReuters.

Le Mali est le troisième plus grand producteur d’or sur le continent après l’Afrique du Sud et le Ghana.

Le pays ouest-africain compte plus de 350 sites d’exploitation minière artisanale qui occupent plus d’un million de personnes, selon le ministère des Mines.

Les principaux groupes miniers industriels actifs dans le pays sont le britannique Randgold Ressources, qui exploite les mines de Loulo-Gounkoto et Morilla. Sur ce dernier site, il est associé au sud-africain AngloGold Ashanti, qui développe également les mines de Sadiola et Yatela (avec le canadian IamGold).

Endeavour Mining, immatriculé aux îles Caïmans, est présent sur le site de Tabakoto/Segala.

 

Source: jeuneafrique

Vous aimez nos articles, suivez-nous

Articles similaires.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *