Le « Droit de Réponse de la SOMAGEP-SA

  • A Monsieur le Directeur du Journal Bamako News
    Objet : Droit de réponse à un article de presse.Monsieur le Directeur,
    C’est avec un grand intérêt que nous avons lu l’article, dans le journal Bamako News n° 0415 « du mercredi 09 septembre 2020 » dont vous êtes le Directeur, consacré à la Société Malienne de Gestion de l’Eau Potable (SOMAGEP-SA). Le titre est « à la une » et le reste en page 4.

En effet, dans le numéro ci-dessus cité, Bamako News publiait, sous la plume de M. Andiè Adama DARA, un article dans lequel la SOMAGEP-SA est mise en cause. En lisant l’article entre les lignes, nous avons découvert des insinuations malsaines qui portent atteinte à l’image de la Société. Le Titre de l’article « SOMAGEP-SA : Une surfacturation de rattrapage après la grâce Covid19 ? » et l’attaque de l’article « Si vous êtes un abonné de la SOMAGEP, votre facture d’eau vous donnera sans doute le tournis pour le mois de juillet et suivant. » sont des illustrations éloquentes.
La SOMAGEP-SA s’inscrit en faux contre ces affirmations malicieuses qui visent à créer des suspicions entre la Société et ses abonnés en fragilisant la quiétude des agents sur le terrain.
Par rapport aux allégations de hausses vertigineuses des consommations, attribuées à des individus cités dans le papier, la SOMAGEP-SA rassure ses abonnés et l’ensemble des populations du Mali qu’aucune modification n’est intervenue dans la facturation.
Quant aux tarifs de l’eau, ils sont fixés par le Gouvernement de la République du Mali, à travers, la Commission de Régulation de l’Eau et de l’Electricité (CREE). La SOMAGEP-SA, en tant que Société d’Etat, assure le service public de l’eau et n’a pas vocation à faire de profits.
On peut également lire dans le même article : « Du côté de l’Agence, nous n’avons pu avoir d’interlocuteur officiel, mais dans les coulisses, les responsables essaient tant bien que mal de donner des explications qu’eux, seuls, peuvent comprendre ».
Cette phrase pose un véritable problème de professionnalisme qui a prévalu dans l’élaboration de cet article.
On est en droit de s’interroger : à quelle agence le journaliste fait-il allusion ? S’agit-il de l’agence de Hamdallaye ACI 2000, de Faladié, de Djélibougou ou de Yirimadio, etc. ?
Nous déclarons, haut et fort, n’avoir jamais reçu une quelconque requête du journal dans le cadre de ce travail en dépit du fait que la SOMAGEP-SA, qui est pour la liberté d’expression, n’a jamais fermé ses portes à aucun média en quête de l’information.
Nous aurions été très heureux de recevoir l’auteur de l’article pour échanger sur le sujet. Ce cross-checking ou recoupement de l’information aurait permis d’équilibrer et enrichir le reportage qui n’allait pas se limiter au seul son de cloche des supposés plaignants.
EN CONCLUSION, votre publication que nous considérons comme une pure diffamation porte ainsi largement atteinte à l’image de la SOMAGEP-SA et entame ses relations de confiance avec ses abonnés.
Dès lors, nous demandons que Bamako News publie le présent droit de réponse en vertu des dispositions légales.
En vous remerciant pour l’attention que vous porterez à notre demande, nous vous prions d’agréer Monsieur le Directeur nos salutations distinguées.

Réaction
Loin de nous la prétention de diffamer encore moins vouloir ternir l’image d’une société dont on a participé au baptême et que nous n’avons jamais cessé d’accompagner dans sa difficile mission de gestion de l’eau potable au Mali. En effet, l’article en question portant sur les témoignages des clients de la SOMAGEP bien connus et identifiables, se voulait une alerte pour la Société non seulement pour qu’elle puisse mener de vraies enquêtes dans les zones indiquées afin de démasquer leurs agents qui s’adonneraient à ces pratiques malsaines, mais aussi de savoir qu’il y a certains de leurs clients qui ne sont pas satisfaits de leur service ou ne comprennent pas la subite forte augmentation de leurs factures d’eau, comparativement à celles des mois passés.
D’ailleurs, c’est le sens du point d’interrogation qui devrait servir aux responsables de la société de saisir au rebond la question pour faire des investigations.
Tout en accédant à ce droit de réponse, nous notons avec regret un démenti sans aucune forme de justification de la hausse des factures constatées. Soit, il est entendu que la SOMAGEP ne fixe pas les prix mais elle devrait être en mesure de donner des éléments de réponses aux interrogations légitimes de ses clients.
La Rédaction

 

Source: Bamakonews

Vous aimez nos articles, suivez-nous

Articles similaires.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *