Le calvaire continue sur les sites d’orpaillage de Samaya à Kangaba : « Violations graves des droits humains par les forces de l’ordre au service de la société African Gold Group » dixit les villageois de Samaya

mines orpallage or

Les forces de l’ordre au service de la société African Gold Group (A.G.G) ont de nouveau fait parler d’elles dans les hameaux de Kobada, Niouléni et Bidani, les 28 et 29 septembre 2013. On se rappelle que l’année dernière à la même période presque, les populations ont été victimes de l’agression des forces de l’ordre suite à une altercation avec la société qui ne faisait rien pour la communauté et qui veut les empêcher de pratiquer l’orpaillage et l’agriculture qu’elles connaissent depuis des siècles. Le ministre de l’époque Dr Amadou Baba Sy avait alors décidé de fermer les sites de Kobada et Foroko mettant au chômage des milliers de personnes.

Pour mettre fin à ces exactions et violences perpétrées par les agents de l’Etat, les notabilités du village de Samaya, conduites par Mamadou Lamine Diawara, petit frère du chef de village, ont interpellé la Chambre des mines du Mali, principal interlocuteur dans cette affaire qui n’a malheureusement pas suffisamment réagi à leur goût. Ensuite c’était autour du Secrétaire général du ministre de la sécurité intérieure de les recevoir pour discuter et trouver une solution avec la société. Et enfin, c’était au ministère en charge des mines de recevoir les doléances des plaignants.

Dans une lettre adressée aux différentes parties, la délégation du village de Samaya raconte :  » nous venons par la présente solliciter auprès de votre haute bienveillance de bien vouloir diligenter dans un bref délai une d’enquête, afin de constater les dommages causés par les forces de l’ordre au service de la société African Gold Groupe « .

Selon eux, ces dommages qui ont été commis sur ces sites d’orpaillage traditionnels de Noumoussoulouko le samedi 28 septembre, de Bidani et de Kobada le 29 septembre 2013 sont entre autres, la destruction et l’enlèvement des biens des orpailleurs traditionnels (motos pompes, tricycles, cracheurs, motos, vélos …) par les forces de l’ordre au service de la société African Gold Group (AGG), les populations se trouvant sur ses sites lors de la descente des forces de l’ordre ont été sévèrement violentées physiquement.

La route principale qui relie Samaya à Bamako en passant par Sélingué et traversant les zones d’orpaillage, a été carrément bloquée par les forces de l’ordre. Alors que c’est la route principale servant de transport des denrées de première nécessité et du mouvement des habitants du village de Samaya et de ses hameaux (Niaouléni , Kobada ) et le village de Sananfara.

Le chef de la délégation qui est le petit frère du chef de village a indiqué au nom de tous les villages voisins que cette situation ne peut perdurer et qu’il est urgent de prendre des mesures adéquates pour éviter l’irréparable. De ce fait, il dit avoir une grande confiance aux autorités nouvellement élues pour trouver une solution immédiate.

 

Moulaye H. HAIDARA

Source: L’Indépendant

Vous aimez nos articles, suivez-nous

Articles similaires.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *