La chambre des Mines du Mali règle ses comptes avec le Ministre des Mines, le Dr Boubou Cissé.

La chambre des Mines du Mali a tenu ce Mardi 22 décembre une conférence de presse au siège du conseil national du patronat du Mali en marge de sa 3ème session de l’Assemblée consulaire. La conférence de presse était animée par Abdoulaye Pona, Président de la chambre des Mines, qui avait à ses côtés le premier vice président de l’institution Monsieur Diallo, le trésorier Général Monsieur Daffé et Maitre Harouna Toureh président de la plateforme.

abdoulaye pona president chambres mines mali

Comme l’exige la coutume le maitre de cérémonie après avoir souhaité la bienvenue aux uns et aux autres à céder la pupitre au président de  la Chambre des Mines Monsieur Abdoulaye Pona à la suite duquel une déclaration a été lu par Bakary Traoré secrétaire administratif de la chambre régionale des Mines de Sikasso. Dans ses propos liminaires Monsieur Pona dira qu’il existe depuis 2013 une cohabitation difficile entre le département de tutelle et la chambre des Mines. Aux dires du Président Pona, le Ministre des Mines, le Docteur Boubou Cissé depuis sa prise de fonction s’est livré à des  prises de  décisions unilatérales. A en croire le Président Pona, la chambre des Mines du Mali est géré par trois textes, une loi, un  décret et un arrêté.  Le Ministre Cissé avait pris des décisions tendant à changer le décret d’application explique-t-il. «Ce que nous avons trouvé inadmissible »,  dit-il. Toujours selon Monsieur Pona, le décret ne peut pas être modifié à quelques mois de la fin de mandat. Mieux ce décret dresse le portrait robot du président de CMM, « ce que nous avons rejeté »,  a-t-il martelé.  C’est ainsi que le département a laissé du leste sur le décret sans pour autant abandonner son projet  funeste de tripatouillage des textes. Il s’est ensuite attaqué à l’arrêté en le modifiant, et il faut le préciser relève de la seule discrétion du Ministre.  Selon Monsieur Pona, il existe un vice de forme dans la prise de cet arrêté et par ricochet  entre en contradiction avec l’article 11 du décret d’application instituant la chambre des mines, qui stipule que le Ministre doit procéder à une modification 4 mois avant la fin de mandat. Ce qui n’est pas le cas, puis que le Ministre à procéder à la modification 3 mois avant la fin de mandat. Avant de déclarer que ce nouvel arrêté donnera la Chambres des Mines du Mali aux étrangers. « Nous nous sommes battus pendant trois ans pour que cette chambre des mines soit une chambre  consulaire où il y’aura la participation des nationaux et où l’Etat aura un droit de regard » explique Monsieur Pona, président de la chambre des Mines du Mali. D’après lui, le Ministre Cissé veut instituer une chambre des Mines de type anglo-saxon où celui qui paie plus chère aura  droit à la parole. Abdoulaye Pona en rajoute une couche « le département est en connivence avec les étrangers pour faire main basse sur la chambre des mines du Mali ». Il dira que l’application de ce nouvel arrêté entrainera la mort des miniers nationaux.  Avant renchérir que le code minier en gestation est mauvaise puisque les acteurs à la base n’ont pas consulté. A sa suite, Monsieur Bakary Traoré dans une déclaration en 2 points, au relent d’une mise en garde dont nous avons reçue une copie. Dans cette déclaration les membres de CMM dénoncent vigoureusement l’attitude néfaste et désastreuse du Ministre des Mines le Docteur Boubou Cissé vis-à-vis des membres consulaires de la Chambre des Mines, par des prises de décisions désinvoltes contraires à l’esprit et à la lettre de la loi de création de la chambre des mines du Mali et son décret fixant l’organisation et ses modalités de fonctionnement (la loi n°04-006-du 14 janvier 2004 et le DECRET N°04-387/P/RM du 23 décembre 2004). Nous ne cautionnerons jamais une telle méprise à notre endroit de la part du Docteur Boubou Cissé, Ministre des Mines renchérie la déclaration. Décidés à se faire entendre les membres de la CMM écrivent «  comptons porter ce message à nos plus haute autorité comme étant une mesure injuste, discriminatoire et contraire aux lois et règlement qui gère le chambre des Mines du Mali ». Les membres consulaires de la chambres des Mines dans leur déclaration demandent avec insistance au Ministre des Mines le Docteur Boubou Cissé, de mettre fin à cette pratique d’une autre époque qui ne sied, à son statut, et par conséquent, de procéder à l’annulation pur et simple de son arrêté signé le 27 novembre 2015. Maitre Harouna Toureh quant à lui a évoqué devant les présidents des chambres régionales des Mines les dispositions prévues dans l’accord dans le domaine des mines.

 

La rédaction

Vous aimez nos articles, suivez-nous

Articles similaires.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *