Journées annuelles des dirigeants de banques et établissements de crédit d’Afrique : Le système financier passé au crible

La 31ème édition des journées annuelles du club des dirigeants de banques et établissements de crédit d’Afrique s’est ouverte le jeudi 13 février à Bamako, sous la présidence du Premier ministre, chef du gouvernement, ministre de l’Economie et des Finances, Dr. Boubou Cissé.

 

 Les journées annuelles du Club des dirigeants de Banques et établissements de crédit offrent un cadre d’échanges, de concertation et de partage qui doit permettre de conduire des réflexions approfondies sur différentes problématiques, notamment : la promotion et la vulgarisation des produits et services bancaires, l’information, la sensibilisation et l’éducation financière des populations, la bancarisation de l’économie et la promotion des moyens de paiement (scripturaux, électroniques, monétiques), la réponse aux préoccupations exprimées par les agents économiques, notamment en matière de financement, la promotion d’un système financier dynamique et performant au service du développement et de la croissance économique de l’Afrique, la construction d’un véritable partenariat avec les organisations professionnelles à travers un dialogue franc et constructif.

Ainsi la présente 31ème édition est consacrée à la thématique : “les préoccupations des banques africaines, face aux nouvelles contraintes réglementaires”.

Ce thème, à en croire, le Premier ministre, constitue pour nous pouvoirs publics, la preuve rassurante des réflexions profondes qui continuent d’être menées notamment sur l’impact de ce dispositif sur le financement de l’économie et le rôle important des banques et établissements de crédit.

En effet, il importe de souligner que le financement de l’économie nationale dans le nouveau contexte réglementaire reste une grande préoccupation des pouvoirs publics et des autorités monétaires qui, par ailleurs, œuvrent inlassablement au quotidien, pour susciter l’accroissement des financements bancaires et, par ricochet, une inclusion financière durable des populations. Toutefois, les accords de Bâle portent des avantages et des contraintes de gouvernance. Les cadres réglementaires édictés ont beaucoup d’exigences avec lesquelles les banques se doivent de composer, tout en exerçant une activité en pleine mutation, non sans risque avec une concurrence ravivée.

“Vos réflexions qui pourraient aborder les effets bénéfiques de la stabilité financière, fruit d’une supervision prudentielle efficace, sont attendues avec intérêt par les pouvoirs publics”, explique le PM Cissé.

Pour sa part, la présidente du Club non moins directrice générale de Coris Bank international Mali, Mme Aïssata Koné Sidibé membre du Club, a rappelé les activités du Club ces deux dernières années auxquelles, le bureau actuel a mené des actions de terrain et a eu à charge de développer et d’approfondir les axes de la stratégie mise en place par notre institution.

Les sous-thèmes retenus pour ces rencontres, touchent à nos réalités quotidiennes dont la monnaie unique (ECO). La rencontre a enregistré la présence du Président de l’Association professionnelle des Banques et établissements financiers du Mali (Apbef-Mali), et de la Fédération des associations professionnelles des banques de l’Uémoa, les directeurs généraux des Banques et établissements de crédit, les membres du Club des dirigeants et établissements de crédit d’Afrique, les experts.

 

Ibrahima Ndiaye

Mali Tribune

Vous aimez nos articles, suivez-nous

Articles similaires.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *