Journée de l’Industrialisation Africaine : L’ONUDI plaide pour le développement des chaînes de valeur et l’industrie pharmaceutique

Du 29 novembre au 2 décembre 2018, le Parc des Expositions de Bamako a abrité l’édition 2018 de la Journée de l’Industrialisation Africaine (JIA). Le Premier ministre, Soumeylou Boubèye Maïga, a présidé la séance d’ouverture et procédé à la coupure du ruban symbolique pour lancer les trois jours d’activités. Le samedi 1er décembre, deux  panels se sont penchés sur la problématique de  l’industrialisation nationale en tentant de décortiquer comment permettre la protection de la production nationale. L’ONUDI, dans sa communication, a plaidé pour la production du « Made in Mali » en vue de la promotion de l’industrialisation nationale notamment dans l’industrie pharmaceutique.

Du 29 novembre au 2 décembre 2018, le Parc des Expositions de Bamako a abrité l’édition 2018 de la Journée de l’Industrialisation Africaine (JIA). Le Premier ministre, Soumeylou Boubèye Maïga, a présidé la séance d’ouverture et procédé à la coupure du ruban symbolique pour lancer les trois jours d’activités. Le samedi 1er décembre, deux  panels se sont penchés sur la problématique de  l’industrialisation nationale en tentant de décortiquer comment permettre la protection de la production nationale. L’ONUDI, dans sa communication, a plaidé pour la production du « Made in Mali » en vue de la promotion de l’industrialisation nationale notamment dans l’industrie pharmaceutique.

A l’ouverture des JIA, la représentante de la Coordinatrice Résidente du Système des Nations Unies au Mali, Mme Lucia Elmi, a lu le message du Secrétaire général de l’ONU. A travers celui-ci, il est  ressorti l’importance de la Journée de l’industrialisation de l’Afrique et du thème international de cette édition, à savoir « Promouvoir les chaînes de valeur régionale : un moyen d’accélérer la transformation structurelle, l’industrialisation et la production pharmaceutique de l’Afrique », notamment en matière de création d’emplois, de réduction de la pauvreté et des inégalités, tout en favorisant l’autonomisation des femmes, l’amélioration de la santé, de la sécurité alimentaire et la préservation de l’environnement, pour l’atteinte d’un développement industriel inclusif et durable.

Ce texte a mis également l’accent sur le développement d’un secteur pharmaceutique compétitif qui peut être un moyen pour promouvoir la santé, le bien-être des populations et la croissance économique durable. En effet, la production de médicaments de qualité à coût abordable et l’exportation en partie de ces médicaments au niveau régional, peuvent accroître la création d’emplois et par conséquent la génération de revenus.

 

Promouvoir le « Made in Mali » par le  « Consommer malien»

Le Président de l’Organisation Patronale des Industriels (OPI), Cyril Achkar,  a adressé ses remerciements au Ministère de l’Industrie, à l’ONUDI et à tous les partenaires de la JIA. Il a mis l’accent sur la faiblesse du tissu industriel malien, les défis auxquels il est confronté parmi lesquels : le coût de l’énergie, l’inadéquation entre la formation et les besoins du secteur industriel, la fraude et la concurrence déloyale. Il a aussi encouragé la promotion du « Made in Mali » par l’acceptation du  « Consommer les produits fabriqués au Mali ».

Le Ministre du Développement Industriel et de la Promotion des Investissements n’a pas manqué de saluer le Président de la République, le Premier Ministre et l’ensemble du gouvernement pour les efforts consentis en faveur du secteur industriel. Moulaye Ahmed Boubacar a cependant reconnu  que beaucoup reste à faire. Il a adressé ses encouragements aux opérateurs économiques qui ont fait le sacrifice d’investir dans l’industrie, malgré les difficultés et a invité les autres,  en l’occurrence les commerçants, à suivre leur exemple. Le ministre a aussi fait ressortir les opportunités qu’offre le Mali dans le domaine de l’industrie (abondance des matières premières, amélioration de l’offre d’énergie, aménagement de nombreuses zones industrielles à travers le pays et bientôt des Zones économiques spéciales, existence de structures adéquates d’encadrement du secteur, amélioration d’infrastructures de transport, amélioration de l’environnement des affaires, etc.).

La journée du 29 novembre a pris fin avec la  coupure du ruban symbolique et la visite des stands de produits «Made in Mali» par le Premier ministre et les officiels. Le 30 novembre, la foire des produits et l’assemblée générale de l’OPI ont meublé la journée.

Deux panels se sont tenus le 1er décembre. Ils étaient présidés par la ministre de la Réforme de l’Etat et de la Transparence de la vie publique, représentant le Premier ministre. L’ONUDI a communiqué sur le thème international. L’accent a été mis sur la stimulation de la production industrielle locale de médicaments essentiels au Mali, les atouts, les opportunités, les contraintes et les défis, les avancées du Mali en la matière ainsi que l’appui de l’ONUDI à travers un programme sous-régional de mise à niveau de l’industrie pharmaceutique.

Le ministre de l’Industrie et  les représentants d’API-Mali, de l’AMANORM, de la Douane, de l’Usine des Produits Pharmaceutiques du Mali, du Ministère du Commerce, du Ministère de l’Economie et des Finances, de l’OPI, faisaient partie des panélistes qui ont communiqué sur le thème national. Leurs présentations ont été suivies de séances de questions-réponses.

Gaoussou M. Traoré

Source: lechallenger

Vous aimez nos articles, suivez-nous

Articles similaires.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *