Infrastructures routières à Sikasso: Le président IBK a lancé les travaux estimés à 31, 595 milliards FCFA

Le président de la République, Ibrahim Boubacar Keïta(IBK), a donné en milieu de journée du jeudi 4 février 2019, le premier coup de lame. Ce qui consacre le lancement officiel des travaux de construction d’un échangeur, d’un viaduc et de l’aménagement de 10 kilomètres de voiries urbaines dans la ville de Sikasso.

 

Le nouveau joyau est le fruit de la coopération entre le Mali et la Banque Ouest Africaine de Développement (BOAD). Le coût global hors taxe du gigantesque ouvrage est estimé à 31, 595 milliards de nos francs, financé par la BOAD et le budget national. Le délai d’exécution des travaux est de 27 mois.

Une promesse tenue du président de la République, qui permettra le décollage industriel de toute la 3ème Région du Mali (Sikasso). La ville de Sikasso sera le principal hub pour les infrastructures économiques qui devrait conduire à différents bassins de production.

Le président IBK  s’est exprimé devant la presse : « Aujourd’hui, venir à Sikasso pour le premier coup de lame d’un ouvrage aussi attendu qu’est un échangeur pouvant faciliter l’entrée à Sikasso et aussi au contournement de la ville pour réduire autant que faire se pourra la mortalité due aux véhicules, aux accidents de la route, est un jour de bonheur pour nous, un jour d’espérance renouvelée. Nous l’avions entendue cette grande attente, nous avions promis d’y réfléchir et d’en chercher les voies de réalisation ».

Par ailleurs, le Chef de l’Etat a reconnu l’appui du partenaire. « Fort heureusement la BOAD nous a entendus, c’est le lieu de rendre hommage à la grande fraternité, à la compréhension, à la compétence de notre frère le président de la BOAD, Christian Adoveland, qui a pris ce projet comme une priorité malienne, y a fait droit.

Et cela est survenu à un temps où nous sommes dans un projet tri-national qui nous verra à côté de nos frères du Burkina et de Côte d’Ivoire dans le Sikobo (Sikasso -Korogho-Bobo), régions de vieilles cultures, historiques et d’agriculture prospère, d’agro-industrie dans le futur qui a déjà débuté, qui est donc une plateforme naturelle et qui demain serait un hub sous régional au bénéfice de toutes les économies locales et régionales ; un grand facteur d’intégration », a-t-il rappelé.
 

Mahamane Maïga

Lejecom

Vous aimez nos articles, suivez-nous

Articles similaires.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *