Infrastructures : Pourquoi les routes coutent-elles chères sous IBK !

123 milliards pour 280 Km de routes  reparties dans cinq localités différentes du Mali ! Dans l’opinion publique l’on soutient  que le coût de réalisation  des routes sous l’actuel régime  dépasse largement  celui des autres gouvernants. D’aucuns  parlent de malversations ou de surfacturations. Tel est vraiment le cas ?  

campagne region segou lancement travaux tamani route bitumee

La réponse est ‘‘non’’ pour ce technicien du ministère de l’équipement et des transports qui a tenu à nous apporter quelques précisions sur la question. Pour notre interlocuteur qui a souhaité rester sous anonymat, si le coût des routes ont changé et sont  jugées très élevées, c’est pour certainement changer la qualité de ces infrastructures tout en respectant les normes sous- régionales dans la zone CEDEAO.

Depuis 2015, nous indique-t-on, les données ont changé au Mali  dans le domaine de réalisation des infrastructures routières en vue de se conformer aux exigences de la Zone CEDEAO dont chaque Etat membre, et pour avoir des routes de qualité, se voit dans l’obligation de respecter une certaine  norme exigée  par  la nouvelle politique sous régionale.

Ce qui a aussi changé dans la réalisation des routes au Mali, c’est que chaque  entreprise exécutante se doit désormais de verser les 30%  du budget d’exécution des travaux  dans  les caisses de l’Etat comme taxes. Tel qui n’était pas le cas auparavant.  Ce qui veut dire (par exemple) que si le coût de réalisation d’une route est annoncé pour 10 milliards, les 3 milliards FCFA reviennent à l’Etat et le coût  réel de la réalisation revient à 7 milliards FCFA. Aussi, nous précise-t-on, dans les travaux de réalisation d’une route le coût dépend  de l’environnement et de l’emplacement. Chaque centimètre a de fait  son prix à travers la qualité de la terre. Et seules des études bien approfondies pourront définir combien coute en réalité une route.

Les travaux de la  dernière route lancés ce 23 Mai

Il s’agit du tronçon Baraouéli-Tamani,  dernière route dont les travaux vont être  lancés  ce 23 Mai. Long de 30,6 km, le coût de construction et de bitumage de ce torchon est de  7 milliards 996 millions 259 FCFA, bien entendu, toutes taxes comprises.

Le lancement des travaux de construction et de bitumage du torchon Baraouéli-Tamani a été précédé  par celui de  Yayila- Kalana le 13 mai  dernier. 18 milliards 829 millions FCFA pour 52 Km, c’est le coût d’exécution des travaux de cette route dans la région de Sikasso.

Les  3 autres routes dont les travaux sont déjà lancées sont celles de : Kayes-Sadiola (90 Km pour un coût de 42,4 milliards FCFA),  Kangaba-Dioulafoundo-frontière Guinée (52 Km pour un montant de  19 milliards 437 millions FCFA) ; Baconi-Dialakorodji-Safo-Nossombougou (56 Km pour un  coût 27 milliards 728 millions FCFA).  Les travaux de construction et de bitumage de ce torchon ont été les premiers à être lancés. C’était le 3 mai dernier par le président de la République, IBK.

La Rédaction

Par La Sirène

Vous aimez nos articles, suivez-nous

Articles similaires.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *