Inaugurée le jeudi 16 janvier dernier par le premier ministre Dr Boubou Cissé: La FEBAK attend quelque 300 000 visiteurs durant les 15 jours

En l’absence du chef de l’Etat en déplacement à l’étranger, c’est au Premier ministre, chef du Gouvernement, Dr Boubou Cissé qu’il est revenu de procéder, le jeudi 20 janvier dernier, à l’inauguration de la 13ème édition de la Foire Exposition Internationale de Bamako (Febak) au Parc des Expositions. Il avait à ses côtés plusieurs personnalités dont le ministre en charge du Commerce et le président de la Chambre de commerce et d’industrie du Mali (CCIM).

Comme il est traditionnellement établi, c’est le président de la République lui-même qui fait le déplacement chaque fois qu’il s’agit de l’inauguration de la Febak. Le président IBK étant en déplacement à l’étranger, cet honneur est revenu au Premier ministre, chef du gouvernement, Dr Boubou Cissé, de couper le ruban symbolique consacrant ainsi l’ouverture de la Febak, 13ème du nom, au public qui attendait impatiemment à l’entrée principale du Parc des expositions de Bamako.

Cette inauguration avait été précédée par une cérémonie officielle au cours de laquelle le Maire de la Commune V du District de Bamako, Amadou Ouattara, le président de la CCIM, Youssouf Bathily et le ministre de l’Industrie et du Commerce, Mohamed Ag Erlaf avaient eu à intervenir devant un auditoire composé des membres du gouvernement, des présidents d’institution de la République, des diplomates accrédités au Mali, des sommités des arts et de la culture. Sans oublier la masse des commerçants grossistes, demi-grossistes et détaillants venus en assister à cette cérémonie solennelle.

Ainsi, après les mots de bienvenue du maire de la Commune V, il est revenu au président de la CCIM de prononcer son discours qui a surtout porté sur les grandes réalisations de son mandat, qui a commencé en 2015, et les projets que le bureau entend mettre en œuvre dans les prochains mois.

Le nombre d’exposants passe de 800 en 2018 à plus de 1 000 en 2020

Véritable espace de promotion économique et commerciale, la Febak, dira Youssouf Bathily, offre aux opérateurs économiques maliens et étrangers une formidable occasion de faire la promotion de leurs produits et services, de vendre et de nouer des partenariats.

Elle est aussi, dira-t-il, une opportunité pour exposer la gamme de nos produits locaux provenant, entre autres, de notre potentiel agricole et minier.

Le Mali étant un pays agropastoral, qui fut d’ailleurs autrefois appelé le  » grenier de l’Afrique « , la Febak 2020 a décidé de braquer ses projecteurs sur la CMDT, le géant cotonnier, mais dont seulement moins de 1% de la production est transformée au Mali. D’où ce thème  » la valorisation et la transformation du coton  » qui fera l’objet d’échanges au cours des ateliers thématiques organisés en marge de la Febak, sous la direction du vice-président de la CCIM, Mamadou Baba Sylla.

Alors même que nous pouvons développer des industries textiles, pourquoi ne pas limiter les énormes importations de tissus qui grèvent considérablement notre balance commerciale déjà déficitaire? S’est interrogé le président Bathily, En raison de son importance grandissante d’année en année, le nombre d’exposants à la Febak est passé de 800 en 2018 à plus de 1 000 en 2020. Vu que le site actuel de ladite foire, à savoir le parc des expositions de Bamako, est devenu petit, la Chambre de commerce et d’industrie du Mali a, par la voix de son président, sollicité l’appui du Premier ministre et de son gouvernement pour la mise à disposition d’une superficie de 50 ha pour construire un véritable centre international multifonctionnel dans la zone aéroportuaire.

Quant au ministre de l’Industrie et du Commerce, Mohamed Ag Elaf, il a, dans son discours, remercié le chef de l’Etat, Ibrahim Boubacar Kéïta, dont  » les Hautes obligations nous privent aujourd’hui de la manifestation d’un intérêt réel et soutenu accordé aux actions de promotion du secteur privé malien « . Il s’est ensuite félicité de  » la vocation nouvelle de la Febak  » à promouvoir le « Made in Mali  » et à valoriser la production nationale par la création d’opportunités multiples et multiformes.

Auparavant, dans son speech, le président Youssouf Bathily avait tenu, au nom de l’ensemble du secteur privé, à remercier le président de la République, chef de l’Etat, pour la tenue et la réussite du Dialogue National Inclusif. Qui permettra, a-t-il émis le vœu, de trouver une issue heureuse à cette crise multidimensionnelle qui secoue notre pays depuis 2012.

Après la coupure du ruban symbolique par le Premier ministre, chef du gouvernement, Dr Boubou Cissé, entouré du ministre de l’Industrie et du Commerce et du président de la CCIM, une visite guidée des différents stands a mis fin à cette cérémonie.

Mamadou FOFANA

Source : L’indépendant

Vous aimez nos articles, suivez-nous

Articles similaires.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *