Hydrogène naturelle : Aliou Diallo change la donne avec Petroma Inc.

L’homme d’affaires malien Aliou Diallo pourrait être à l’origine de l’une des principales révolutions énergétiques du XXIe siècle. Le PDG de Petroma Inc est le premier exploitant au monde à utiliser de l’hydrogène naturel pour produire de l’électricité. Une source d’énergie non polluante et renouvelable qui pourrait s’imposer dans les décennies à venir.

L’hydrogène naturel est une ressource énergétique encore méconnue. Longtemps considérée comme un fantasme par le monde scientifique, des découvertes récentes ont démontré sa présence dans plusieurs zones dans le monde, et notamment au Mali, dans la région de Bourakebougou. Non seulement cette ressource existe à l’état naturel, mais elle est présente en quantité phénoménale à l’intérieur des sols de la planète. Son potentiel énergétique est immense, et remue actuellement la communauté des chercheurs.

Au début des années 2010, avec sa société Petroma Inc, Aliou Diallo a fait le pari audacieux de l’hydrogène naturel. Son entreprise s’est spécialisée dès 2011 dans la recherche, le développement et l’exploitation de l’hydrogène naturel au Mali dans le bassin de Bourakebougou.

À cette époque, l’existence même de l’hydrogène naturelle faisait encore débat, et l’homme d’affaires malien fut le premier à oser un projet de développement et d’exploitation. Les résultats sont au rendez-vous. Non seulement, les équipes de Petroma Inc sont parvenus à capter l’hydrogène, elles utilisent d’ores et déjà une partie de la production pour alimenter en électricité un village des environs.

L’industrialisation de la fourniture d’électricité par l’hydrogène naturel est désormais considéré comme extrêmement prometteur par la communauté scientifique. Alain Prinzhofer, professeur à l’université de Paris VII et de l’institut de physique du globe de Paris, a déclaré dans La Tribune que « 18 puits récemment forés par la compagnie Petroma — tous avec des indices d’hydrogène ! — ont permis d’établir une cartographie précise du sous-sol du village de Bourakebougou. Cinq réservoirs superposés et peu profonds (de 100 à 1.700m) s’étendent sur 20 kilomètres de large ».

L’entreprise Petroma Inc est apparemment assise sur un gisement très dense selon les chercheurs, qui correspond à une distance de près de 150 km de diamètre, ainsi qu’à cinq réserves superposées dans les sous-sols de Bourakebougou.

Les équipes du professeur Prinzhofer ont récemment publié une étude dans l’International Journal of Hydrogen Energy, journal spécialisé, dans laquelle ils ont indiqué que l’hydrogène naturel est non-polluant et surtout moins cher que d’autres moyens de production d’énergie.

ecolobizz.fr

L’hydrogène naturel à Bourakébougou : une curiosité scientifique

La première exploitation d’hydrogène naturel, située à proximité de Bourakébougou au Mali et détenue par l’entreprise Petroma Inc., l’entreprise de l’homme d’affaires malien Aliou Diallo, ne cesse d’étonner la communauté scientifique. De récentes études ont démontré que les réservoirs d’hydrogène sur lesquels s’appuie l’entreprise, s’étendent sur une surface de plus de 150km et qu’ils se renouvellent en continu. De quoi permettre à Petroma de se positionner en tant que leader de la transition énergétique du pays.

L’entrepreneur malien Aliou Boubacar Diallo est le pionnier de l’hydrogène naturel. Il est un des premiers à avoir cru dans le potentiel énergétique de cette ressource. Il a lancé, avec son entreprise Petroma Inc., une exploitation pilote dans le bassin de Bourakébougou, qui alimente depuis plusieurs années le village voisin en électricité. Preuve que l’hydrogène, lorsqu’il est exploité dans son état naturel, est une réelle source d’énergie.

Cette exploitation a suscité la curiosité de la communauté scientifique, qui s’est récemment dépêchée sur les lieux pour réaliser des études poussées. Menée par Alain Prinzhofer, de l’Institut de Physique du Globe de Paris, l’équipe de chercheur a dévoilé des résultats étonnants dans la revue spécialisée International Journal of Hydrogen Energy. D’après elle, les réserves d’hydrogène naturel situées dans les sous-sols sont bien plus importantes que ce que les premières estimations avançaient.

Les résultats précisent que « la géochimie de surface indique que la présence d’hydrogène pourrait s’étendre jusqu’à des distances de plus de 150 kilomètres ». En plus de ses réserves colossales d’hydrogène naturel, la région possède « les caractéristiques géologiques et géochimiques uniques d’un système d’hydrogène actif », soit une source de production continue, qui permettrait à l’entreprise d’exploiter un flux inépuisable.

De quoi rassurer l’homme d’affaires malien, qui voit dans cette exploitation pilote les prémices d’une importante révolution énergétique à l’échelle du continent. Une intuition pertinente, étant donné qu’Alain Prinzhofer, dans son étude, souligne « l’intérêt économique d’exploitations d’hydrogène naturel dans des zones continentales onshore ». Avant d’ajouter que « l’estimation actuelle du prix d’exploitation (de l’hydrogène naturel) est nettement moins cher que l’hydrogène produit en usine, que ce soit à partir d’énergie fossile ou d’électrolyse ».

larevuedestransitions.fr

Source : EchosMédias

Vous aimez nos articles, suivez-nous

Articles similaires.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *