Hausse du prix de l’oignon sur le marché : Que de soucis pour le pauvre consommateur malien

Depuis quelques semaines, le prix des denrées de première nécessité dont l’oignon  connait une augmentation spectaculaire. Dans les marchés, aussi bien que pour les revendeurs que pour les clients, les grincements de dents ne manquent pas.

À Bamako ainsi que dans plusieurs autres localités du pays, les prix des produits de première nécessité connaissent des hausses importantes, ce qui suscite des débats chez tous les consommateurs. À Moribabougou, depuis plus de deux semaines, un kilogramme d’oignon est vendu entre  800 et 900 FCFA, selon les revendeurs qui expliquent que cette hausse de prix est due à l’augmentation des frais de dédouanement. La cherté de ce condiment  est dure et pour les détaillants,  et ensuite aux  consommateurs. La plupart de nos sauces  et certains petits plats sont faits à partir de ce produit qui se vend à prix d’or désormais. Ce qui veut dire que rien ne peut remplacer l’oignon dans le panier de la ménagère.

Toujours au marché de Moribabougou, Mme Coulibaly Ramata Touré, une ménagère, nous explique que, certes, chaque année, à cette période, le prix de l’oignon augmentait jusqu’à 600 FCFA par kg. Mais aller jusqu’à 800 FCFA, c’est une  première. «Et c’est vraiment dur pour nous les femmes. On est obligé d’acheter malgré le prix ; car, rien ne peut prendre la place de l’oignon dans la cuisine», s’est-elle plainte.

Selon Seydou Koné, un revendeur, la raison de ce manque d’oignon au marché est due à l’augmentation de frais de dédouanement. Car, actuellement, les oignons qui sont au marché malien proviennent du Sénégal et du Maroc « Avant, le prix de sac d’oignon du Sénégal et du Maroc de 25 kilogrammes variait entre 12.000 à 12.500 FCFA ; mais, actuellement c’est de 15.000 à 20.000 FCFA. Et le kilogramme coûte de 750 à 800F CFA, selon la qualité du produit » nous a-t-il expliqué.

Pour Mme Camara Fatoumata Sidibé, une restauratrice, « ce sont les ménagères et les restaurateurs qui sont les premières victimes de cette situation ». Actuellement, selon elle, la préparation de certaines sauces à base d’oignon est une affaire de poches.  C’est comme la sauce de yassa, sauce d’oignon, etc. qui sont faites à base d’oignon. Pour notre interlocutrice, « on n’arrive pas actuellement à vendre dans les restaurants de sauces à base d’oignon. Ce, à cause de l’augmentation des prix d’oignon sur le marché» conclura telle.

Niakalé Touré 

LE COMBAT

Vous aimez nos articles, suivez-nous

Articles similaires.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *