Exploitation illégale de l’or et destruction de l’environnement: Kéniéba manifeste son soutien aux autorités de la transition dans leur croisade contre ces pratiques

C’est sous le slogan  » Libérez Kéniéba ! Libérez Falémé  » que les populations de ce cercle se sont retrouvés, le lundi 1er février, à la Place Aliou Diallo pour un grand rassemblement de soutien aux autorités de la transition. Cette initiative de l’association  » Wassa Ton  » et les organisations partenaires a regroupé les représentants des différentes couches socio-professionnelles (jeunes, femmes, commerçants ) ainsi que leurs ressortissants venus de Bamako, de Kayes et d’ailleurs. Ils ont unanimement  dénoncé l’exploitation illégale de l’or surtout  par des sociétés étrangères avec la complicité de certaines autorités locales, la destruction du cadre de vie, notamment le fleuve Falémé.

 

Comme annoncé dans notre parution n°5142 du mercredi 27 janvier dernier, l’association  » Wassa Ton  » de Kéniéba et ses partenaires, dont l’Union des comptoirs et raffinerie d’or du Mali (UCROM), ont organisé une manifestation qui a mobilisé les populations. Selon les organisateurs, cette rencontre s’inscrit dans le sens du soutien à la croisade déclenchée par les autorités de la transition contre les phénomènes précités.

A leurs dires, depuis plusieurs années, ils se battent contre ces activités illégales et destructrices. Cependant, jusque-là, leurs cris du cœur n’ont jamais eu d’écho auprès des autorités. Il a fallu attendre la transition pour que le gouvernement dépêche, début janvier, trois ministres (Mines, Energie et Eau, Lamine Seydou Traoré, Sécurité, le Col. Modibo Koné et Environnement, Mme Bernadette Keita).

Ceux-ci avaient lancé la croisade à travers « Falémé dambé, Mali Sanou ko dambé » qui a conduit à des saisies d’engins sur le terrain.

Même si de nos jours ces activités extractives n’ont pas cessé, la croisade semble susciter de l’espoir au niveau des  populations locales. Celles-ci entendent rester débout pour conduire à bon bord leur combat.  Le président de l’UCROM, Karamoko Doumbia n’a pas manqué d’exprimer sa satisfaction face à cette forte mobilisation. Il a déclaré que cette manifestation donne de l’espoir et de préciser que le combat n’est pas contre le pays, mais plutôt de l’aider à mieux profiter de sa richesse.

» Aujourd’hui, l’or qui est exploité dans ces conditions sort sans que l’Etat gagne un franc. C’est un énorme manque à gagner. Le Mali n’est pas un pays pauvre. Ce combat doit être étendu à tous les sites d’orpaillage qui sont pris d’assaut par les étrangers et au détriment des résidents et du pays. Aujourd’hui, les jeunes de Kéniéba peuvent gagner tout sur place sans aller ailleurs, mais à condition que les richesses soient bien exploitées  » a ajouté M. Doumbia.

Les représentants des commerçants de Kéniéba et de la CAFO n’ont pas manqué de souligner leur participation active à ce combat qui est la leur.

Le président de  » Wassa Ton »,  Aliou Diallo dira que le lancement de la croisade est l’expression d’une volonté politique qu’il faut soutenir et personne ne pourra empêcher son association et ses partenaires de faillir à ce devoir. Il a lancé un appel aux jeunes à rester déterminer et souder, à ne pas céder aux actes d’intimidation ni de menace de quelques natures que ce soient, pour défendre leurs intérêts.

Youssouf CAMARA

Source: l’Indépendant

Vous aimez nos articles, suivez-nous

Articles similaires.