Etre directeur général des douanes à tout prix !

Pour être nommé  directeur général, ce haut cadre des douanes a même pactisé avec le diable. Malgré tout, il continue de multiplier les sacrifices. Même les plus inimaginables. Sans succès, pour l’instant.

direction generale impots gao réhabilitation

Il n’a jamais caché son intention d’occuper le fauteuil de directeur général des douanes. Il en rêve, en se rasant. Chaque matin. Il y pense, chaque seconde, chaque minute, chaque heure de la journée. Réputé arrogant, autoritaire et imbu de sa personne, il terrorisait les cadres et agents placés sous son commandement.

Las d’attendre son heure, il vient, contre toute attente, de pactiser avec le diable. En effet, selon nos informations, il aurait sollicité le soutien du sulfureux Michel Tomi, qui intercéder, en sa faveur, auprès du président de la République, son excellentissime IBK.

Considéré, à tort ou à raison, comme un « ami » d’IBK, le sulfureux homme d’affaires français d’origine corse aurait, toujours selon nos sources, effectué la mission : intervenir, auprès de « Ladji Bourama », afin qu’il soit nommé directeur général des douanes. Sans succès.

Requinqué à bloc par les résultats inédits, réalisés par l’équipe de l’inspecteur général Modibo Kane Keïta de 2015 à nos jours, le président de la République aurait décliné l’offre de Tomi Michel, en lui rappelant –  avec des mots qui disent sans dire – que l’actuel directeur général des douanes n’est pas à ce poste par hasard. Mieux, il fait le boulot. Alors…

Face au refus d’IBK d’accéder à leur demande, le sulfureux homme d’affaires corse serait retourné voir son « protégé » pour lui rendre compte. Grande aurait été sa déception. Pour notre haut cadre des douanes, IBK ne pouvait refuser ce « service » à son « ami ». Erreur. « Ladji Bourama » serait resté droit dans ses babouches.

Loin de se décourager, notre haut cadre des douanes serait retourné à ses anciennes amours : les féticheurs. Là aussi, dit-elle, c’est un flop. A en croire notre source, bien informée, les féticheurs lui auraient indiqué qu’il ne sera jamais directeur général des douanes.

Aux dernières nouvelles, il se serait tourné vers un marabout.

Dont le chapelet mesurerait près de deux  mètres. Va-t-il réussir là où les féticheurs auraient échoué ?

Affaire à suivre et à rattraper !

Oumar Babi

 

Source: Canard Déchainé

Vous aimez nos articles, suivez-nous

Articles similaires.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *