Entrepreneuriat durable des jeunes : C’est parti pour la 9ème génération de startups

Le samedi 5 janvier 2019, le siège de «Yes Inc Mali», sis à Korofina, a abrité la cérémonie officielle de la rentrée de 3000 entrepreneurs jeunes de la 9ème génération de Startups. L’événement était placé sous la houlette du président de la République représenté par le ministre de la Jeunesse, de l’Emploi et de la Construction citoyenne, Amadou Koïta.

«Yes Inc Mali» se focalise sur la construction d’une culture entrepreneuriale. Conformément à un protocole d’accord signé avec le gouvernement du Mali, il exécute un programme décennal d’incubateurs d’entreprises dans le cadre d’un PPP. Plus de 7000 personnes représentant 11 nationalités ont déjà été atteintes. L’objectif est de générer un million d’entreprises durables en Afrique d’ici à 2030.

Le maire de la commune II abritant la cérémonie s’est tout naturellement adressé au public du jour en leur souhaitant la bienvenue avant de saluer cette initiative de la jeunesse à travers «Yes Inc Mali».

Selon le coordinateur de «Yes Inc Mali», Kalilou Diama, l’objectif recherché est de contribuer à la mise en œuvre des politiques gouvernementales de lutte contre le chômage des jeunes et la dépendance économique des femmes en favorisant l’entrepreneuriat et l’auto-emploi. La stratégie de «Yes Inc Mali», a-t-il ajouté, est de booster la croissance économique en utilisant l’entrepreneuriat comme moyen de réduction de chômage des jeunes et d’autonomisation financière des femmes.

  1. Diama a par ailleurs expliqué que sa structure traite trois dimensions essentielles du développement durable que sont l’environnemental, le social et l’économique. À la fin de 2019, ajoutera-t-il, plus de 20.000 jeunes et femmes seront reconvertis dans l’entrepreneuriat grâce à «Yes Inc Mali».

Qu’en est-il donc du financement de ce gigantesque projet ?

Cette problématique a été passée au peigne fin par le coordinateur de «Yes Inc Mali», M. Kalilou Diama. D’après lui, qui dit Business durable parle aussi et surtout de solution de financement. Le fonds entrepreneurial pour les femmes et les jeunes, dit-il, est un mécanisme innovant dérivé du «Venture capital». Ce système qui a favorisé l’accès des jeunes et femmes américains à la fortune est en cours d’expérimentation en République du Mali depuis le début de la phase pilote du programme.

C’est pourquoi, à l’en croire, il s’agira de pérenniser et de renforcer ce mécanisme à travers un fonds plus consistant et évoluant au gré du dynamisme des bénéficiaires. Ainsi, le montant de départ de 300 millions US atteindra d’ici à 2030 la proportion d’un milliard de dollars US. Les volets du programme, a-t-il évoqué, favoriseront de nouvelles activités de sensibilisation, d’engagement et de fixation entrepreneuriale des femmes et des jeunes dans toutes les régions du Mali ainsi que dans les autres pays d’intervention en Afrique.

Pour sa part, le ministre Amadou Koïta dira que d’ici à la prochaine édition d’Impact Economic Forum, grâce au volet investissement direct du fonds, les femmes et jeunes incubés verront leurs affaires prendre des proportions envieuses et atteindre des marchés de plus en plus éloignés de leurs bases.

Visiblement satisfait de l’initiative et de l’organisation du lancement de la 9èmegénération de Startups de «Yes Inc Mali»,  le ministre Koïta dira que le gouvernement est convaincu qu’avec «Yes Inc Mali», leur plus gros souci de l’employabilité des jeunes et des femmes sera atténué.

Signalons qu’au cours des trois journées d’activités, de nombreuses séances préparatoires de l’entrepreneuriat des jeunes et des femmes seront à l’ordre du jour. Au terme de la cérémonie, M. Koïta a visité les stands installés. Lesquels sont occupés par les précédentes générations incubées par «Yes Inc Mali».

Ousmane DIAKITE

Source: Le Reporter

 

Source: Le Reporter

Vous aimez nos articles, suivez-nous

Articles similaires.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *