Engrais frelaté et opération tracteurs : Ces scandales qui vont salir Denon

Au lieu de s’apitoyer sur le sort des paysans, lésés par l’engrais frelaté et l’opération tracteur, Kassoum Denon, le ministre de l’Agriculture, s’emploie à cacher méthodiquement les turpitudes de son prédécesseur. Mais il a tout faux et risque d’être très rapidement confondu.

kassoum-denon-ministre-agriculture

Voulant coûte que coûte couvrir de l’ancien ministre du Développement rural et président du parti présidentiel, Bocari Tréta, dans les scandales de l’engrais de mauvaise qualité et l’opération tracteurs, l’actuel ministre de l’Agriculture fait face à une fronde du monde paysan.
Son prédécesseur a été au cœur du scandale des engrais frelatés et de l’opération tracteurs, l’actuel ministre de l’Agriculture, Kassoum Denon risque de connaître le même sort. Et pour cause : depuis son arrivée à la tête de ce département, un secteur auquel le chef de l’Etat accorde une importance capitale, Denon ne parvient pas à le ramener à hauteur de mission.
Pour plus de transparence et de rigueur, expliquent de nombreux experts, Kassoum Denon à sa prise de fonction aurait dû s’investir à connaitre les méfaits de l’engrais frelaté sur le rendement agricole.
Préférant s’attaquer uniquement aux secteurs qui marchent dans le monde agricole, Kassoum Denon a laissé pourrir une situation qui méritait pourtant des mesures appropriées en faveur des agriculteurs. Conséquence : ce sont les paysans qui commencent à demander des comptes parce que dans plusieurs périmètres irrigués, la question de l’utilisation de l’engrais frelaté fait débat et suscité des controverses.
Des paysans ne n’en cachent plus : le faible rendement aux champs s’explique par qualité des engrais nocifs pour la terre.
Sur la gestion de l’opération tracteurs, Kassoum Denon a joué le jeu de son prédécesseur Tréta. Tant que ce sont des militants du Rassemblement pour le Mali (RPM, parti au pouvoir) qui en sont les bénéficiaires, ils n’ont pas de souci à se faire.
Le ministre de l’Agriculture ne s’est pas donné la peine de vérifier la régularité de l’opération sur le terrain. C’est pourquoi, certains partenaires qui devraient accompagner le projet sont restés sans suite, laissant les paysans à la merci de la banque.
Nous y reviendrons.
Awa Camara
Vous aimez nos articles, suivez-nous

Articles similaires.

Leave a Reply

Your email address will not be published.