Energie du Mali : Dramane Coulibaly relevé pour corruption

Le Directeur général de la société d’électricité Dramane Coulibaly a été relevé des ses fonctions le mercredi dernier. Selon de sources proches du département, il est impliqué dans une affaire de corruption avec la société ivoirienne Agrego.

Depuis l’annulation de son décret de nomination par le Conseil des ministres du mercredi dernier, les commentaires vont train. Chacun y va de sa supputation et son avis.

Certains rapportent que Dramane Coulibaly a été limogé pour incompétence. D’autres pensent qu’il serait victime de sa grandeur rigueur qui l’aurait poussée à s’attaquer à des protégés du régime. De sources proches du ministère de l’Energie et de l’Eau nous rapportent que l’homme en réalité aurait été victime de son gout très prononcé pour l’argent.

En effet, nos sources affirment qu’après sa nomination, le désormais ex-directeur général de l’EDM a mis fin au contrat de fourniture d’électricité de la société ivoirienne Agrego. Cette dernière a été sollicitée par un ancien DG, Doroh Berthé pour combler le déficit énergétique de la société. Ainsi, la société ivoirienne a installé des groupes dans la cour de la centrale thermique de Darsalam où elle produit de l’électricité. Cette électricité est revendu à EDM.SA qui à son tour l’injecte dans son circuit.

A son arrivée Dramane Coulibaly a jugé cela inacceptable et budgétivore. Alors, il aurait décidé de mettre fin au contrat.

A en croire nos sources, tout homme a un prix. C’est ainsi que les ivoiriens l’auraient rapprochés pour lui faire des propositions de pots de vin et autres cadeaux que le DG aurait accepté. Il aurait ainsi, rétabli le contrat de la société Agrego.

Le divorce avec ses employeurs serait parti de là, lorsqu’ils ont découvert cette pratique peu orthodoxe et qui jure avec l’éthique et la déontologie du métier.

Sans coup férir, le mercredi dernier, il a été procédé à l’abrogation de son décret de nomination.

Aussi, nos sources racontent que derrière le calme olympien et l’image du travail rompu à la tache se cacherait un homme avide d’argent et un playboy qui aimerait se faire plaisir.

Dieu veille !

Harber MAIGA

Par Azalaï-Express

Vous aimez nos articles, suivez-nous

Articles similaires.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *