Des agriculteurs maliens luttent contre la sécheresse avec de nouvelles variétés de semences

L’année dernière, lorsque la sécheresse a sévi au milieu de la saison de végétation dans sa région du sud du Mali, Baba Berthé a perdu toute sa récolte de maïs de deux hectares. “Je n’ai rien récolté du tout”, se souvient le fermier.

Mais le désastre a été évité quand une parcelle de sorgho résistant à la sécheresse qu’il avait également plantée a prospéré malgré le manque d’eau.

Cette récolte “m’a sauvé”, produisant 2,4 tonnes de céréales sur un hectare, a déclaré l’agriculteur du district rural de Siby.

Alors que les changements climatiques entraînent des conditions météorologiques plus difficiles dans le Sahel, en particulier une sécheresse croissante, la mise en place de cultures capables de résister à des conditions extrêmes peut aider à éviter diverses crises, allant de l’aggravation de la faim à la migration, ont indiqué des experts.

Les semences du changement

Dans le sud du Mali, les cultures plus résistantes gagnent du terrain, en particulier lorsque les agriculteurs voient les résultats dans leurs propres champs, disent-ils.

“J’ai vraiment compris l’importance de ces nouvelles souches l’année dernière”, a déclaré Berthé, 56 ans, assis sous un grand manguier lors d’une réunion hebdomadaire de la coopérative de producteurs de semences de Siby.

Le maïs, a-t-il déclaré, “est un grain qui a besoin de beaucoup d’eau” – ce qui manque de manière fiable dans le sud du Mali.

Les nouvelles variétés de céréales rustiques ont été développées par des scientifiques de l’Institut de l’économie rurale (IER), un institut de recherche fondé par le gouvernement malien, afin de répondre aux divers niveaux de précipitations dans le pays, a déclaré Abdoulaye Diallo, sélectionneur de semences et chef du Programme IER sur le sorgho.

“Nous sommes confrontés aux effets du changement climatique”, a-t-il déclaré.

les précipitations

Au cours des 60 dernières années, a-t-il déclaré, les précipitations ont chuté de 15 à 20% au Mali, selon les régions, ce qui a affecté les récoltes.

Les agriculteurs maliens travaillent leurs champs pendant la saison des pluies, qui dure de juin à octobre dans certaines régions du sud du pays. Mais plus au nord, la saison est plus courte et certaines régions ne reçoivent pas plus de deux mois de pluie par an.

Pour faire face aux conditions difficiles, les chercheurs maliens ont parfois créé des hybrides qui croisent les cultures locales traditionnelles avec d’autres variétés à l’étude.

Diallo a déclaré que les céréales hybrides, comme le sorgho planté par Berthé, peuvent produire un rendement de trois à quatre tonnes par hectare, par rapport aux variétés non hybrides qui génèrent deux à trois tonnes même en bonne saison.

“Le défi consistait à trouver des variétés capables de résister à la sécheresse après la floraison”, a déclaré Aboubacar Touré, un sélectionneur de semences de l’IER.

Les variétés qui résistent à la sécheresse doivent généralement fleurir tôt, être résistantes à la sécheresse ou les deux, a-t-il déclaré.

Nouvelles variétés de semences pour se protéger contre les chocs climatiques

Alors qu’un nombre croissant d’agriculteurs à Siby commencent à planter de nouvelles variétés de semences pour se protéger contre les chocs climatiques, les producteurs de semences locaux bénéficient d’une augmentation de leurs revenus.

Alou Camara, président de la coopérative des producteurs de semences de Siby, a déclaré qu’il achetait à ses membres des semences capables de faire face aux conditions changeantes, à 500 francs CFA (1 dollar) par kilo, et les vendait à d’autres agriculteurs à hauteur de 750 francs CFA, soit cinq fois plus que  les coûts de semences traditionnelles.

Malgré tout, “tout ce que nous avons produit sous forme de semences a été acheté l’année dernière et l’année précédente était la même”, a déclaré Camara.

Touré à l’IER a déclaré que les petits agriculteurs ont donné aux nouvelles variétés de sorgho des noms dans la langue locale qui “en disent long” sur leur succès. Seguifa, par exemple, signifie “panier complet”, tandis que jakumbè signifie “anti-sécheresse”.

Mais les louanges pour les nouvelles variétés ne sont pas unanimes. Certains agriculteurs se plaignent de ne pas toujours avoir les moyens d’acheter les souches résistantes à la sécheresse sur lesquelles ils comptent désormais.

Des variétés de semences non gratuites

Au cours des années précédentes, les agriculteurs utilisaient simplement les semences d’une récolte pour semer la récolte de la saison suivante.

Mais les qualités hybrides des nouvelles variétés diminuent avec le temps, explique N’fally Coulibaly, un agriculteur de Siby, ce qui signifie que lui et les autres agriculteurs souhaitent acheter de nouvelles semences chaque année.

“Le problème avec les nouvelles variétés est qu’elles ne sont pas gratuites, et juste avant la saison des pluies, nous n’avons pas d’argent. Ce n’était pas comme ça avant”, a déclaré Coulibaly.

Un autre problème, a-t-il déclaré, est le manque d’informations sur les caractéristiques des nouvelles variétés – et la mauvaise publicité qui a accompagné leur introduction.

“Beaucoup de gens ont d’abord hésité parce qu’ils pensaient qu’il s’agissait de cultures génétiquement modifiées” – ce qui ne s’est pas révélé être le cas, a-t-il déclaré.

Coulibaly souhaiterait voir plus d’efforts déployés pour expliquer aux agriculteurs la différence entre les semences hybrides, développées sur le terrain à l’aide de techniques naturelles, et les semences génétiquement modifiées créées en laboratoire.

“Cela a eu une influence majeure sur l’adoption au début”, a-t-il déclaré.

“Mais, une fois que les sécheresses sont arrivées, les gens ont rapidement vu les rendements supérieurs et ont changé d’avis”, a-t-il déclaré.

 Fondation Thomson Reuters

Vous aimez nos articles, suivez-nous

Articles similaires.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *