Comité interparlementaire de l’Uémoa : la 25è session se tient à un moment où la sous-région traverse des moments difficiles sur le plan sécuritaire

La cérémonie d’ouverture des travaux de la 25e session du Comité interparlementaire de l’Union économique et monétaire ouest-africaine (CIP-Uémoa) s’est tenue le lundi à l’hôtel de l’Amitié de Bamako. L’événement était présidé par le président, Jérémie Ngouan. Ont également pris part à la rencontre, le vice-président du CIP-Uémoa, le représentant résident de la commission de l’Uémoa au Mali et le 1er vice-président de l’Assemblée nationale, Moussa Timbiné.

Pour cette session, le CIP a choisi trois thèmes dont l’intérêt n’est plus à démontrer. Il s’agit de l’accord de libre échange du continent africain; des enjeux de l’agriculture en Afrique de l’Ouest : esquisse de solution et les procédures administratives et financières au sein de l’Uémoa.

Dans son mot de bienvenue, le 1er vice-président de l’Assemblée nationale, Moussa Timbiné, a remercié le président du CIP-Uémoa pour le choix porté sur notre pays afin d’abriter cette session. Selon lui, il est nécessaire aujourd’hui de poursuivre et de mener à bien tous les chantiers économiques et politiques ouverts depuis la création de l’Uémoa. Il a saisi l’occasion pour féliciter l’ensemble des organes qui donnent vie à cette organisation avant de les exhorter à redoubler d’efforts afin qu’à brève échéance, l’on puisse atteindre l’émergence dans notre espace.

De son côté le président du CIP-Uémoa a rappelé que cette 25 session se tient à un moment où la sous-région ouest africaine traverse des moments difficiles sur le plan sécuritaire. A ses dires, les attaques terroristes perpétrées dans certains Etats de l’espace interpellent tous. « Face à cette recrudescence de la violence, nous devons œuvrer à freiner les ardeurs extrémistes qui guettent les populations », a-t-il souligné

Par ailleurs, le président du CIP dira que les exposés sur les trois thématiques permettront aux élus du peuple de mieux comprendre les enjeux et de pouvoir interagir dans l’intérêt des populations. Il s’agit, à travers les présentations et les débats, d’aider les députés à mieux appréhender les problématiques liées à ces différentes questions et ensemble, formuler des recommandations à l’endroit de la commission de l’Uémoa, des Etats membres et des autres acteurs concernés, a-t-il déclaré. Enfin le président du CIP-Uémoa a profité de cette tribune pour saluer la présence des forces du G5 sahel aux cotés de la Minusma pour le travail remarquable qu’elle mène  au Mali et dans tout le Sahel.

La rédaction

Vous aimez nos articles, suivez-nous

Articles similaires.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *