Comité de suivi des projets de la categorie II : L’UMOCI fait honneur au ministère du Commerce

L’Unité de mise en œuvre du projet cadre intégré était dans les locaux de la Direction nationale du commerce et de la concurrence le jeudi 12 janvier 2017. C’était dans le cadre de la réunion du comité de suivi de ses projets de la catégorie II. La cérémonie était présidée par le Secrétaire général du ministère du Commerce et de la Concurrence, Sidi Mohamed Ichrach. Cette journée avait une importance capitale pour la bonne marche des projets de la catégorie II. L’objectif était de présenter l’état d’avancement du projet gomme arabique et d’échanger sur les propositions d’activités à réaliser en 2017.

 abdel karim konate ministre commerce industrie adema

En vue de renforcer les capacités productives et commerciales  de la filière  gomme arabique au Mali, le responsable du projet met tout en œuvre pour relever le défi  de la réduction de la pauvreté par l’exploitation rationnelle de la ressource et l’exportation de la gomme arabique.

A cette occasion, le coordonnateur du projet, Mohamed Sidibé, a fait savoir  que c’est grâce aux appuis et aux actions de sensibilisation et de communication  que les acteurs de la filière sont aujourd’hui  conscients de l’importance de la gomme arabique, surtout sa valeur marchande, quand on sait que le prix aux producteurs a augmenté.

Les perspectives du projet gomme arabique au Mali

Pour le coordinateur, le Mali pourrait atteindre 4000 tonnes pour la gomme de catégorie I et 5000 tonnes de gomme friable.

« Ce projet est un projet structurant et nous avons mis un bon nombre d’années, en collaboration avec plusieurs services techniques et des acteurs eux-mêmes, pour la confection. Il est très structurant  dans le plan dont la perspective ne  peut être la recherche  de synergie avec d’autres départements ministériels, avec d’autres services privés, notamment les transformateurs, pour qu’ils s’impliquent. Structurant parce que, déjà,  nous avons organisé au niveau de 177 communes des sociétés coopératives, et nous sommes en train de mettre en place des sites de pépinière, où 20 forages  sont à ce jour  presque finis.  Et sous peu, les pépinières et les forages seront mis à la disposition des femmes  des localités concernées, et qui vont être  formées pour les cultures maraîchères et la pisciculture », dira Mohamed Sidibé.

il  a fait savoir que son projet travaille aussi à l’implication des opérateurs économiques pour que, dans le cadre d’un partenariat public-privé, la gomme arabique produite au Mali puisse être transformée jusqu’à l’ultime phase qui est celle de l’atomisation (rendre la gomme en poudre fine), qui permettra de créer plusieurs emplois et de multiplier par dix la valeur marchande à l’exportation par rapport  à la  gomme brute exportée actuellement.

Pour Mohamed Sidibé, cette activité  de production n’empêche nullement l’activité agricole, car la campagne prend fin avec les premières pluies. Il a souligné aussi que  la gomme peut contribuer sans doute à la création d’emplois et lutter contre l’immigration des jeunes.

Maï Diallo

Vous aimez nos articles, suivez-nous

Articles similaires.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *