Circulation routière : La dégradation des routes à l’origine des accidents

Les accidents de la circulation provoquent des décès et des blessures graves ou handicapantes à vie. La plupart des cas d’accidents déplorés dans notre pays sont dus au non-respect du code de la route, à l’inobservance  des feux tricolores, la mauvaise conduite des motocyclistes et voitures de certains usagers, les excès de vitesse,  les surcharges des camions, la cupidité des agents de sécurité en charge de l’application sur le terrain des textes en vigueur dans le domaine, l’alcoolisme au volant, etc.

transporteur gros porteurs surcharge axe route voie kayes pont diboli frontiere traveaux chantier

Pour réduire le taux néfaste de ce fléau de la circulation devenu de plus en plus meurtrier ou cauchemardesque dans notre pays,  les Ministères de  la Sécurité et des Transports  doivent prendre des mesures qui s’imposent.

voiture vehicule gros poids lourd camion remorque route voie goudron

Certains quartiers du District de Bamako sont difficiles à accéder à cause de l’état de dégradation des routes (même goudronnées) comme  celles de Banankabougou, Missabougou, Faladiè, Yirimadio ou Bankoni.

Sur ces axes, il y a fréquemment des cas d’accidents très graves. Parce que les routes sont dégradées et  il est difficile d’y circuler en toute sécurité.

Pour palier a l’état dégradation de ces voies publiques, le Gouvernement, dans le cadre de l’organisation du Sommet Afrique France à Bamako , en janvier 2017 ,a rénové des routes et réalisé  plusieurs ouvrages allant dans le même sens dans les quartiers de la capitale.

Moussa Sidibé, Habitant à Faladiè, se prononçant sur l’état des routes, nous a confié qu’ «aujourd’hui plus que jamais les routes doivent être refaites pour non seulement réduire le taux des accidents mais aussi que les pertes en vies humaines ne soient plus comme avant».

De son côté, Oumou  Diarra, Habitante à Banankabougou, estimera que  beaucoup d’accidents sont dus à l’incivisme de certains citoyens. Selon elle, il y a des jeunes qui ne respectent pas les codes de la route et provoquent des accidents.

Il y a aussi des gens sans permis de conduire qui pilotent des voitures.

Pour les usagers de la  route, il est temps que les Départements ministériels de la sécurité et de l’équipement prennent les mesures appropriées, pour circonscrire ce phénomène d’insécurité routière à défaut de l’éliminer.

 

HawaTraoré, Stagiaire

Par L’Observatoire

Vous aimez nos articles, suivez-nous

Articles similaires.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *