Chantiers du Seuil de Djenné: le ministre Denon apprécie

La ville de San a abrité le samedi dernier la 5e session ordinaire du Comité de pilotage du Programme de développement de l’irrigation dans le Bassin du Bani et à Sélingué (PDI-BS) qui était placée sous la présidence du ministre de l’Agriculture, Kassim DENON.

Kassoum Denon ministre agriculture conference

Ladite session s’est déroulée également en présence du Coordinateur national du PDI-BS, Soumaila SAMAKE. Elle a été précédée par une visite de terrain sur les chantiers du Seuil de Djenné. Sur ces chantiers, les résultats sont à la hauteur des efforts déployés. Ce qui n’a pas échappé au regard connaisseur du ministre DENON qui n’a pas hésité à soutenir que les chantiers avancent très bien.
Lancé en 2010, le Programme de développement de l’irrigation dans le bassin du Bani et à Sélingué est en passe de combler tous les espoirs placés en lui en matière de contribution à l’accroissement de la sécurité alimentaire et à la réduction de la pauvreté dans sa zone d’intervention et spécifiquement, contribuer de façon durable à l’augmentation de la production rizicole et des autres productions agro- sylvo- pastorales et piscicoles.
En quelques années seulement d’existence, son impact est visible à plusieurs niveaux chez les populations bénéficiaires.
L’on s’accorde à reconnaître que le PDI-BS s’est illustré dans le domaine de la création d’emplois et de revenus. Dans ce cadre, indiquent les sources officielles, les chantiers en cours à Djenné (Seuil de Djenné, Casier de Djenné et Voies d’accès), emploient en moyenne 540 ouvriers et techniciens par mois pour une masse salariale de 82 millions de francs CFA. Ce, pour des chantiers dont la durée va de 24 à 36 mois.
Cette situation s’est améliorée avec le démarrage du chantier de Sarantomo, précise-t-on. Cette masse salariale est injectée, en grande partie, dans l’économie locale, à travers les loyers et la restauration. Toute chose qui permet de se faire une idée de l’impact du Programme à l’échelle de toute sa zone d’intervention après le démarrage de tous les grands travaux.
L’amélioration des conditions de vie des populations déplacées s’inscrit aussi en bonne place des préoccupations du PDI-BS. Ainsi, à travers le Plan de réinstallation des populations (PAR) affectées par le Seuil de Djenné (1 091 personnes réparties entre 48 familles), la somme de 222 millions FCFA a été payée au titre des indemnités pécuniaires pour la reconstruction de leur habitat. Cette somme, faut-il le souligner, est revenue directement aux populations qui en ont fait usage pour améliorer leur bâti.
Nos sources indiquent que le PAR est également engagé à réaliser des infrastructures socioéconomiques de base (une école, un centre de santé, 4 forages, 3 magasins de céréales, 3 salles de formation). Des réalisations qui impacteront positivement la vie des populations affectées, à travers leur accès aux services sociaux de base (santé, éducation, eau potable).
La viabilisation des sites de réinstallation et le lotissement des parcelles octroyées d’une superficie unitaire de 900m2, contribueront durablement à l’amélioration du cadre de vie des populations.
La route du développement passant par le développement de la route, une place de choix est accordée par le PDI-BS au désenclavement. Dans ce cadre, la réalisation des voies d’accès à Djenné (non encore achevées) contribue déjà au désenclavement des villages, notamment en rive droite du Bani à Djenné.
En outre, dans le cadre de la mise en œuvre du Programme, l’accent est mis sur le renforcement des capacités des services techniques et des producteurs. Ainsi, 17 conventions et protocoles ont été signés avec les services techniques de l’Etat, pour mener des activités d’appui-conseil dans différents domaines à l’endroit des producteurs et productrices, pour un montant de près de 700 millions de FCFA. Cette démarche de «faire faire», a permis de doter les services techniques de moyens pour optimiser leurs interventions et de renforcer les capacités des producteurs, à travers une série de formations.
La création de cadres de concertation et la sauvegarde des sites archéologiques sont une donnée constante du PDI-BS qui accorde aussi une place de choix aux femmes. Pour preuve, il a remis aux femmes des zones de Bla, San et de Maninkoura, à l’occasion des festivités du 8 mars dernier, 7 moulins, 2 presses à Karité, 2 décortiqueuses et 14 lots de matériels de maraîchage. Ces lots étaient composés de brouettes, binettes, arrosoirs, pelles, etc.

Par Bertin DAKOUO

 

Source: info-matin

Vous aimez nos articles, suivez-nous

Articles similaires.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *