Campagne rizicole catastrophique à Baguinéda: le ministre Denon s’imprègne de la situation

Le ministre de l’Agriculture, Kassoum DENON, a effectué, hier mardi 17 janvier, une visite dans l’Office du périmètre irrigué de Baguinéda (OPIB) pour s’imprégner auprès des paysans des dégâts causés par la cécidomyie lors de la dernière campagne rizicole ; constater le démarrage de la contre-saison et d’ordonner la finition rapide des travaux de revêtement dudit périmètre.

Kassoum Denon ministre agriculture discours

La délégation était composée de certains cadres du département ; du directeur général de l’OPIB, N’Diogou DIALLO ; du coordinateur du PRESAN-DCI et des responsables de l’entreprise BECM-CM qui s’occupe des travaux de revêtement.
Après les visites de certains périmètres de contre saison et du chantier de revêtement, le ministre a échangé avec les producteurs pour s’imprégner de leurs préoccupations avant de faire des propositions d’alternative pour recoller les morceaux.
Le ministre DENON a fait savoir que l’Office du périmètre irrigué de Baguinéda était l’un des vieux périmètres de notre pays qui, en plus de la riziculture pendant l’hivernage, est exclusivement exploité en contre-saison par les paysans. Il a indiqué que cette mission ministérielle avait également pour objectif de constater le démarrage de la contre-saison. Cela, suite à la campagne hivernale écoulée qui a été fortement attaquée par la cécidomyie, une maladie du riz.
« Cette année, la récolte du riz n’a pas été au rendez-vous à Baguinéda, à cause de la maladie appelée cécidomyie qui a ravagé les cultures. Ainsi, le département a jugé nécessaire de préparer au mieux la campagne de contre-saison en vue de combler le déficit. C’est pourquoi nous avons décidé d’engager la réflexion avec la direction, l’encadrement et les producteurs pour apporter des réponses adéquates, en vue d’accompagner les paysans à traverser ces moments difficiles », a affirmé le ministre DENON.
Dans le chantier de revêtement du périmètre, qui est en cours depuis 2016, les impressions du ministre n’ont pas été bonnes. De ce fait, il n’est pas du tout allé avec le dos de la cuillère pour cracher ses quatre vérités aux responsables du projet et de l’entreprise qui s’occupent de ces travaux.
Selon le ministre DENON, le périmètre irrigué de Baguinéda est en chantier grâce à un financement de la BAD qui s’élève entre 15 et 16 milliards de FCFA pour revêtir tous les canaux principaux et secondaires.
Après le démarrage des travaux de revêtement lancés en 2016, le ministre DENON a été témoin du constat patent que ces travaux accusent. Interrogés sur les raisons de ce retard, les responsables de l’entreprise ont évoqué un problème de fonds, tout en sollicitant un avenant pour combler le vide. Sur cette question, le ministre s’est montré très exigeant pour l’achèvement rapide des travaux, au plus tard le mois d’avril prochain en vue de permettre aux producteurs de bénéficier suffisamment d’eau pour la prochaine campagne hivernale. Il a engagé l’entreprise, le bureau d’études et la direction du projet à se mettre ensemble pour relever le défi d’ici au mois d’avril.
Le ministre DENON s’est montré ferme en soulignant qu’il ne voudrait pas entendre parler d’avenant pour la finition de ces travaux.
« On ne fera pas d’avenant et il faut que le travail se fasse à temps. Les responsables seront purement sanctionnés, en cas de défaillance. Le gouvernement a interdit qu’on apporte des avenants. Donc, il ne déboursera plus aucun sous pour la finition de ces travaux. Arrangez-vous pour que le travail se fasse dans le délai. Il faut que les cadres répondent de leurs erreurs », a martelé le ministre de l’Agriculture. Avant d’ordonner qu’un rapport circonstanciel soit fait sur cet état de fait qui ne fait qu’abuser de la patience des paysans qui ont besoin des parcelles pour cultiver.
Dans les échanges, les paysans ont largement expliqué au ministre et à sa délégation comment cette catastrophe provoquée par la maladie de la cécidomyie les a affecté ?
Selon les explications fournies, l’OPIB n’avait jamais connu au paravent un tel sinistre. Par exemple, selon des témoignages de certains intervenants, des champs qui produisaient plus de 50 sacs de riz n’ont pu dépasser cette année les 6 sacs, à cause de cette maladie. D’où, la menace de famine qui pointe déjà le nez à Baguinéda.
Pour minimiser les charges à supporter, les paysans ont purement et simplement plaidé auprès du ministre pour qu’ils soient dispensés du paiement de la redevance eau cette année.
En réponse aux préoccupations des producteurs, en fin connaisseur du monde rizicole pour avoir passé plus de 23 ans entre l’Office riz Ségou et à l’Office du Niger, le ministre DENON a donné certains détails techniques aux paysans et à l’encadrement pour faire désormais face à des situations similaires.
Enfin, il a indiqué avoir pris bonne note des sollicitations évoquées par ses interlocuteurs. Selon lui, il se donnera un temps de réflexion pour bien analyser la situation avant de prendre une décision quant au paiement de la redevance eau. Cela, parce qu’il avait été déjà décidé que les parcelles endommagées soient exemptes du paiement de la redevance eau et que le paiement se fasse conformément au rendement des paysans.
Aussi, a-t-il rassuré que le ministère fera tout de son possible pour mettre à la disposition des sinistrés les semences et d’autres mesures d’accompagnement nécessaires. Le ministre DENON a soulagé les paysans en prenant l’engagement que les chercheurs seront mobilisés comprendre et trouver une solution à cette maladie ravageuse qu’est la cécidomyie.

PAR MODIBO KONE

 

Source: info-matin

Vous aimez nos articles, suivez-nous

Articles similaires.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *