BTP : LE POIDS DE LA CRISE

Si le secteur pâtit des contrecoups de la mauvaise conjoncture, des entreprises entrevoient le bout du tunnel grâce aux chantiers de la reconstruction dans le Nord du pays.

batiment-travaux-publics-btp-chantier-affaires-fonciere-immeuble-maison-etat

On a coutume de dire : ‘quand le bâtiment va, tout va’. Autrement dit : le BTP est en quelque sorte le baromètre pour jauger la santé d’une économie. Pour Ibrahima Sacko, 2è vice-président de l’Organisation patronale des entreprises de construction au Mali (OPECOM), cette affirmation aussi vieille que le monde ne convient pas à la situation qui prévaut dans notre pays. Car elle se comprend si le secteur de la construction recrute massivement des employés qualifiés et non qualifiés et distribue une masse salariale importante. Elle se comprend aussi si les entrepreneurs, le personnel employé et les usines qui produisent les matériaux de construction sont du pays. Notre interlocuteur relève que la quasi-totalité des grands travaux qui ont une incidence sur le taux de croissance au Mali sont confiés aux entreprises étrangères qui passent leur commande de matériaux de construction à l’étranger et rapatrient les bénéfices dans leurs pays d’origine. Il n’y a qu’une seule usine de ciment au Mali, dont la production est insuffisante pour satisfaire les besoins du pays, estimé actuellement à plus de 4 millions de tonnes. La qualité de ce ciment ne fait pas non plus l’unanimité dans le milieu professionnel. Il en est de même pour les usines qui produisent de l’acier. Au Mali, il n’y a aucune usine de production de profilés, d’ampoules, d’interrupteurs, de climatiseurs, des ventilateurs, etc. Comment dans ce contexte le secteur de la construction peut tirer l’économie malienne ? Même s’il en a les potentialités grâce aux investissements massifs consentis annuellement, environ 5.000 milliards de Fcfa, selon des sources non officielles. En plus, la plupart des grands travaux sont réalisés par les entreprises chinoises qui ne font pas de sous-traitance. Même en termes d’emplois, elles en créent très peu. Puisqu’elles font venir de Chine les ouvriers, les ferrailleurs, les menuisiers, etc. Notre interlocuteur explique que les entreprises maliennes ne peuvent pas faire face à la concurrence des étrangers, plus nantis en capacités financières. Les entreprises chinoises opérant chez nous, sont pour la plupart de droit malien. A ce titre, elles bénéficient des mêmes avantages que les entreprises maliennes. Ce qui n’arrange pas les choses pour les entreprises maliennes qui trainent de nombreux handicaps : faible niveau de qualification des ressources humaines, faible équipement, faiblesse des capacités financières, etc. Pour le 2è vice-président de l’OPECOM, il appartient à l’Etat de tendre la perche aux entreprises en créant les conditions de leur épanouissement. Comme cela se fait ailleurs. La solution, selon lui, passe par le regroupement des entreprises maliennes pour permettre l’émergence de grands groupes. Aussi, ajoute-t-il, il faut développer la sous-traitance avec les grandes entreprises étrangères afin de bénéficier de leur expérience. 5000 entreprises de BTP. Ibrahima Sacko reconnaît les efforts de l’Etat pour faire bénéficier les entreprises maliennes des marchés. Il cite à cet effet l’exemple du vaste programme de reconstruction des infrastructures du Nord. Sans compter les échangeurs multiples à Ségou, la route de Koulikoro et le pont qui relie cette ville à la Route nationale (RN) 6, au niveau de Zantiguila. Il souligne que la plupart des chantiers de l’intérieur du pays, s’inscrivent dans le cadre du programme de reconstruction, et sont entièrement exécutés par les entreprises nationales. D’autres chantiers sont ouverts dans la capitale, en prévision du sommet Afrique-France prévu en janvier 2017. Ces travaux portent essentiellement sur la construction et la rénovation d’hôtels et de routes. Mais les efforts de l’Etat ne peuvent profiter à toutes les entreprises du fait de leur nombre pléthorique. Pas moins de 5000 entreprises de BTP sont dûment enregistrées dans notre pays. Parmi ce lot, il faut distinguer les entreprises professionnelles de celles de circonstance. Ces dernières sont celles qui se créent selon les opportunités avant de disparaitre. Cette pléthore est inexplicable car la crise de 2012 a sérieusement touché le secteur de la construction. Au point que beaucoup ont tout simplement fermé. Les plus affectées furent celles qui opéraient principalement au Nord du pays. Lors de la chute des différentes villes, beaucoup ont subi de lourdes pertes. Grâce aux actions de l’OPECOM et du Conseil national du patronat du Mali (CNPM), l’Assemblée nationale a voté le projet de loi portant indemnisation des victimes des évènements de 2012. Il s’agit de la loi n° 2012-025 du 12 juin 2012 et de son décret d’application n° 0858-PR du 31 décembre 2015. « Il ne reste plus qu’à mettre en place la commission nationale qui sera en charge du dossier », précise Ibrahima Sacko qui ajoute que selon l’évaluation faite par l’APECOM, les pertes subies par les 52 entreprises se chiffrent à 13,5 milliards de Fcfa. En plus de cet appui aux entreprises, l’Etat est le seul investisseur capable de mobiliser des ressources importantes pour la construction des infrastructures, indispensables pour tirer le pays du sous-développement. Le développement d’un pays s’accompagne de la construction en grand nombre des routes, des aéroports, des ponts, des lignes de chemin de fer, des barrages hydro-électriques. Donc l’avenir appartient aux entreprises. O. DIALLO

Source : Essor

Vous aimez nos articles, suivez-nous

Articles similaires.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *