BANQUE DE DEVELOPPEMENT DU MALI-SA : Les comptes sont…au vert

Examen des comptes de l’exercice clos au 31 décembre 2015 et les perspectives d’évolution au cours des années à venir. Ce sont là les points essentiels du projet d’ordre du jour soumis aux administrateurs de la Banque de développement du Mali-sa (Bdm-sa) qui étaient réunis, le samedi 26 mars dernier au siège de l’institution financière, pour la 55è session. De la rencontre, présidée par Ahmed Mohamed Ag Hamani, président du conseil d’administration, il ressort un total de bilan de 609 milliards CFA contre 550 milliards en 2014 ; soit presque 11% de plus. Un bilan élogieux.

bdm banque developpement mali

Cette 55ème session, qui a enregistré la présence Directeur général, Amadou Sidibé et des partenaires venus du Maroc et de la France, était la première portant sur les comptes du premier exercice budgétaire après le changement intervenu dans le mode de gouvernance de la banque. Et il semble que la banque se porte mieux, depuis. En effet,  selon le président du conseil d’administration, la Bdm-sa, « malgré les turbulences qu’elle a traversée au cours du 1er trimestre de l’année 2015, affiche un total de bilan de 609 milliards CFA contre 550 milliards en 2014, soit presque 11% de plus ; des ressources globales de 516,5 milliards CFA contre 458 milliards au 31/12/2014, soit une progression d’environ 13% ; des emplois globaux de 510 milliards CFA contre 440 milliards en 2014 ; et un résultat d’exploitation bénéficiaire de 15,145 milliards contre 11,562 milliards en 2014, soit une progression de 31% ».

Pour M. Hamani, ces performances sont le fruit du travail de la Direction générale, des équipes techniques et de l’ensemble du personnel de la Banque.

Parlant de l’activité de la banque en 2015, le président du conseil a expliqué que la Bdm-sa, outre son soutien aux secteurs traditionnels (coton, mines, télécommunications…), a diversifié ses financements à l’habitat, aux intrants agricoles et à l’approvisionnement du pays en hydrocarbure et en denrées de première nécessité.

L’année 2015 a vu aussi la clôture du premier exercice des filiales de la Bdm-sa au Burkina-Faso et en Côte d’Ivoire. Malheureusement, le bilan au niveau de ces filiales est plutôt maigre. Ainsi, des dispositions à travers un nouveau business plan seront prises pour limiter la période de leur déficit à l’année 2015, a-t-il indiqué. Autant Ag Hamani est convaincu de la nécessité de ce nouveau plan, autant il estime important de poursuivre la mise en œuvre des dispositifs de respect de la règlementation relative à la compliance, la lutte contre le blanchiment des capitaux et le renforcement de la sécurité physique de la Banque.

Par ailleurs, il a évoqué le contexte sécuritaire qui a été marqué des attentats terroristes qui ont fait fuir les investisseurs et les partenaires du pays.

Ahmed Mohamed Ag Hamani n’a pas manqué de remercier la Bmce Bank pour la synergie développé par ses équipes techniques de Casablanca et de Paris tout au long de l’année écoulée.

Le représentant du syndicat de la Bdm-sa, Aboubacar Diallo, a souligné l’impact positif engendré par le changement du mode de gouvernance de la banque. « Ce changement a permis une amélioration notable des conditions de vie et de travail des travailleurs » a-t-il déclaré, avant de réitérer l’engagement des travailleurs à œuvrer inlassablement à l’épanouissement de « leur Banque ».

I B Dembélé

Source: l’Aube

Vous aimez nos articles, suivez-nous

Articles similaires.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *