Banque de développement du Mali (BDM-SA): la bonne moisson de 15 milliards de résultat d’exploitation

Le 55ème Conseil d’Administration de la Banque de développement du Mali (BDM-SA) s’est tenu, samedi dernier, dans la salle de conférence de l’institution. C’était sous la présidence du patron du conseil d’Administration, Ahmed Ag HAMANI, ancien Premier ministre, en présence de nombreux administrateurs qui, comme à leur habitude, ont examiné et approuvé les comptes du premier exercice budgétaire de l’institution financière qui s’est soldée par des performances exceptionnelles de plus de 15 milliards de FCFA de résultat d’exploitation.

Ahmed Ag HAMANI ancien Premier ministre conseil administration banque developpement mali bdm

Pour la 55è fois qu’ils se réunissent, c’est dans une ambiance bon enfant que les administrateurs de la Banque de développement du Mali (BDM-SA) ont commencé leur session. Un climat de bon humeur motivé par le bon résultat présenté par le président du conseil d’Administration de la BDM-SA. L’exercice 2015, puisqu’il a été question de son examen, aura été, au plan financier, selon Ahmed Ag HAMANI, une bonne année avec un résultat d’exploitation net bénéficiaire de 15,145 milliards FCFA pour un objectif 13 milliards de FCFA.

Résultats remarquables
C’est dans un tel climat de performance que la 55è session du conseil d’administration de la Banque de développement du Mali s’est tenu, le samedi dernier, dans les locaux dudit établissement financier. Occasion pour l’ancien Premier ministre, de présenter aux administrateurs les résultats de l’activité bancaire au titre du premier exercice budgétaire après le changement intervenu dans le mode de gouvernance de la banque, le 11 avril 2015, soit presque un an.
Les délibérations ont également porté sur les perspectives d’évolution de la banque au cours des années à venir, ainsi que l’examen de tous les actes que l’établissement financier devrait poser afin qu’il continue à être plus utile à tous ceux qui exercent dans sa proximité pour demeurer cette banque citoyenne dont le niveau de contribution au développement économique et social de notre pays se renforce année après année.
Avec sa réputation de 4è banque de l’espace UEMOA, la BDM-Sa s’est efforcée de consolider ses acquis en assurant son développement durable pour mieux servir le pays.
Toutes ces performances, dont se réjouissent les administrateurs, les actionnaires, le personnel, et surtout tous ceux qui vivent dans sa proximité, ont pu être préservées grâce au talent et au savoir-faire de la Direction générale et de tous les travailleurs de la banque.
En tout cas, cette 55è session se tient à un moment où l’activité de la banque, au cours de l’année 2015, a été conduite dans une conjoncture économique et financière nationale marquée par la poursuite de la croissance économique soutenue ; une maîtrise des tensions inflationnistes ; une augmentation de la production céréalière ; une légère augmentation de la production d’or ; un secteur financier marqué par un renforcement en faveur de l’économie.
Malgré les turbulences qu’elle a traversées au cours du premier trimestre de l’année, les administrateurs, après examen des documents soumis à leur appréciation, ont été heureux une fois de plus de constater que leur Banque se porte bien.
En attestent les résultats réjouissants et réconfortants qui affichent un total de bilan de 609 milliards de FCFA contre 55 milliards en 2014, soit une progression de 11 %
Par ailleurs, les ressources globales sont estimées à 516,5 milliards de FCFA contre 458 milliards au 31 décembre 2014, soit une progression d’environ 13 %.
Quant aux emplois globaux, ils sont évalués à 510 milliards de FCFA contre 440 milliards en 2014.

La clé de la réussite
En sommes, des révélations du président du conseil d’Administration, l’on se rend compte que l’institution bancaire a réalisé des performances remarquables, au terme du premier exercice budgétaire de l’année écoulée, se traduisant par un résultat d’exploitation net de 15, 145 milliards de FCFA contre 11,562 milliards, soit une progression de 31 %.

Pour cette réussite de la BDM-SA, le PCA Ahmed Ag HAMANI ne se trompe pas en faisant de la Direction générale, les équipes techniques et l’ensemble du personnel la clef de cette performance de l’établissement, devenu respectable pour sa vision futuriste.
Aussi, ces résultats ont-ils été atteints grâce à la qualité des orientations que les administrateurs ont su prodiguer, laquelle a permis à l’établissement financier de renforcer durablement son assise domestique et à se maintenir dans le peloton de tête des banques de l’espace communautaire.
Connue pour être la banque des particuliers, du secteur privé, mais aussi du secteur public au regard de l’ampleur de ses interventions en vue de soutenir la trésorerie de l’État, la BDM-SA, en plus de son soutien aux secteurs du Coton, des mines, des télécommunications, a diversifié au cours de la période citée ses financements à l’habitat, aux intrants agricoles et à l’approvisionnement du pays en hydrocarbures et en denrée de première nécessité.
Une manière de rappeler à tous ceux qui ne sont pas encore clients que la BDM-Sa est le lieu le mieux indiqué qui offre à ses clients la sécurité et la quiétude dont ils recherchent ; aux demandeurs de crédit qui respectent leurs engagements, les financements qu’ils souhaitent à moindre coût.

Consolidation des fondamentaux
Tout ce dont se réjouit l’ancien Premier ministre qui aura vu aussi la clôture du premier exercice des filiales du Burkina Faso et de la Côte d’Ivoire au titre de l’année 2015. Et le PCA de rassurer que des dispositions à travers un nouveau business plan seront prises pour limiter la période de leur déficit au cours de l’année écoulée.
Autre décision, autre recommandation : l’observation d’une pause pour cette année 2016 dans la poursuite de l’extension du réseau à l’international dans la perspective de consolider les fondamentaux des filiales existantes.
Ce n’est pas tout. La banque, selon toujours son premier responsable, entend poursuivre la mise en œuvre des dispositifs de respect de la réglementation relative à la compliance, la lutte contre le blanchiment des capitaux et le renforcement de la sécurité physique de l’établissement.
Certes, 2015 aura été une année éprouvante au plan national, sous régional avec des attentats terroristes qui ont fait fuir les investisseurs et les touristes étrangers de nos pays, mais le Premier ministre se dit compter sur l’engagement et le soutien des administrateurs pour continuer à guider les pas de la Direction générale et mieux orienter ses actions afin de permettre à la BDM-sa de concevoir les futurs plans de développement à Moyen terme et de réaliser leurs objectifs pour la consolidation du Groupe bancaire.

Par Mohamed D. DIAWARA

 

Source: info-matin

Vous aimez nos articles, suivez-nous

Articles similaires.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *