Assemblée Permanente des Chambres de Métiers du Mali (APCMM) : La 18e session de l’assemblée consulaire a été ouverte hier

Hier jeudi 25 avril 2019, la salle de conférence Gaoussou Fofana a abrité la cérémonie d’ouverture de la 18e session de l’assemblée consulaire de l’Assemblée Permanente des Chambres de Métiers du Mali (APCMM). Le thème  retenu pour cette édition est : « accès des artisans aux marchés publics, facteur du développement de l’artisanat et de réduction de la pauvreté ». C’était sous la présidence du secrétaire général du ministère de l’Artisanat et du Tourisme, Mahamane Baba Cissé, en présence du président de l’APCMM, Mamadou Menkoro Traoré, …

 

Dans son discours d’ouverture de cette 18e session, le président de l’APCMM, Mamadou Menkoro Traoré a d’abord souligné que le secteur artisanal du Mali  fait actuellement face à d’énormes difficultés parmi lesquelles : l’organisation, le financement des artisans, leur accès aux entreprises artisanales ainsi qu’aux marchés publics, la formation de ceux-ci, la fiscalité, l’espace d’activités artisanales et la promotion commerciale des produits et services artisanaux. Pour M. Traoré, le thème de cette session est « assez évocateur des défis majeurs qu’ils comptent ainsi relever en contribuant significativement au développement social économique et culturel du Mali ». Suivant le discours du président, un évènement promotionnel de l’année 2019 pour les artisans et leurs structures d’encadrement voire d’organisation, demeure certainement la 2e édition du salon international de l’artisanat du Mali (SIAMA), prévu du 7 au 21 novembre prochain.

En prélude au SIAMA, ajoute Mamadou M. Traoré, l’APCMM envisage l’organisation d’une journée de l’artisanat, la 1ère édition de la journée de la tenue traditionnelle et les manifestations artisanales dans chaque région du Mali qui seront l’occasion dit-il, pour déceler les talents cachés à la base en prévision de la tenue du salon. Il estime que  l’adoption récente par le gouvernement des textes des chambres de métiers est le début des réformes engagées conformément aux dispositions du règlement N° 01/2014/CM/UEMOA portant code communautaire de l’artisanat (CCA-UEMOA). Après avoir mis l’accent sur la carte professionnelle biométrique d’artisan (CPBA) qui, selon lui, demeure un élément fondamental pour l’établissement du fichier consulaire, M.Traoré explique qu’en dépit des défis existants, l’APCMM est néanmoins parvenue à faire certains exploits qui sont entre autres : la recherche et l’acquisition d’espace pour l’exercice des activités de production des artisans, l’appui à la facilitation d’accès des artisans aux crédits adaptés à leurs besoins, aux marchés locaux et aux services d’impôt, la promotion des produits et services de l’artisanat tant à l’intérieur qu’à l’extérieur, la formation des maitres artisans et des apprentis, la protection des œuvres artistiques……Quant au secrétaire général du ministère de l’Artisanat et du tourisme, Mahamane Baba Cissé, il affirme : « La présente session se tient dans un contexte socioéconomique difficile que les artisans maliens ont toujours transcendé par leur dynamisme et vitalité dans le cadre de la promotion de ce secteur créateur d’emplois ». Aussi rappelle-t-il que le gouvernement a pris certaines mesures en vue d’instaurer certaines réformes dans ce secteur ? Ces mesures sont entre autres  : l’institutionnalisation du salon international de l’artisanat du Mali,  la prise de différentes mesures d’assistance sociale aux artisans sinistrés d’incendie et de déplacés voire de réfugiés des violences et menaces sécuritaires, poursuite de la réalisation d’infrastructures de promotion de l’artisanat : villages artisanaux, maisons des artisans…

Pour finir, il réaffirme l’accompagnement des autorités aux artisans du Mali.

Mamadou Diarra

Vous aimez nos articles, suivez-nous

Articles similaires.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *