Après le réveillon de la Saint Sylvestre : LES PRIX DE LA VIANDE BAISSENT

Le réveillon de la Saint Sylvestre communément appelé «31» par nos compatriotes a été fêté sur toute l’étendue du territoire. Mais, il faut l’admettre que le Nouvel an donne lieu à des spéculations sur la volaille mais aussi sur la viande parce que certains pensent y trouver une niche. Le réveillon passé n’a pas fait exception

Les prix de la viande ont pris de l’ascenseur, au grand dam des consommateurs. Dans certains marchés de la capitale, le kilo de viande sans os était vendu à 3000 Fcfa (avant c’était 2500 ou 2700 FCFA) tandis que le filet à 4000 FCFA le kilo contre 3000 ou 3500 FCFA avant. Une semaine après le réveillon, nous avons fait le tour de certains marchés pour voir si cette hausse des prix était temporaire.

Heureusement pour les ménagères, les prix sont revenus à la normale. Dans les marchés Dibida, de Médine, celui communément appelé « Wonida» et le marché du Badialan I, le kilo de viande sans os est vendu entre 2500 et 2700 FCFA. Le filet est cédé entre 3000 et 3500 FCFA.

Cheick Sacko, boucher au marché de Dibida, témoigne : «A la veille du réveillon, les prix de la viande sans os et du filet ont augmenté. Mais actuellement les choses sont revenues à la normale». Et le boucher de préciser que cette flambée soudaine s’explique par le fait que la viande était chère à l’approvisionnement. «Si nous prenons la viande à un prix inhabituel, nous sommes obligés de la vendre un peu cher pour avoir un bénéfice», a-t-il dit. Mais l’argumentaire développé par le boucher a du mal à convaincre les consommateurs.

Au marché de Badialan I, Alassane Tembély, boucher de son état, avoue que certains de ses collègues, à la veille du réveillon, ont vite augmenté le prix de la viande sans os et du filet. Ils savent que ceux qui ne peuvent payer les poulets se rabattent finalement sur la viande et du coup, ils pensaient trouver une occasion pour se faire de l’argent.
«De mon côté, le prix n’a pas varié. Je vendais la viande sans os à 2600 et le filet à 3000», jure-t-il la main sur le cœur. Au même marché, le vieux Camara vend de la viande depuis des années.

Selon lui, cette augmentation de la viande à l’occasion du réveillon est sans raison. C’est seulement de la cupidité de la part des bouchers. Pour certaines personnes, cette pratique est en train d’être érigée en règle non écrite dans notre pays, car à chaque veille de fête, les vendeurs de volaille et de viande imposent unilatéralement une augmentation de prix aux consommateurs. Aux autorités compétentes d’agir en amont pour préserver les intérêts des consommateurs, de la population tout court.

Aminata Dindi  Sissoko

L’Essor

Vous aimez nos articles, suivez-nous

Articles similaires.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *