Approvisionnement en eau et électricité : DIEMA, NIORO ET KAYES VOIENT LE BOUT DU TUNNEL

frankaly keita ministre energie eau rpm conference visite barrage eaux potable diema nioro

Équipements nouveaux et installations anciennes apportent des solutions pérennes aux besoins des populations

Longtemps défavorisés par les énormes contraintes d’accès à l’eau et à l’électricité, les habitants des cercles de Diéma, Nioro et de la ville de Kayes aperçoivent le bout du tunnel. C’est ce que l’on retient globalement des trois jours de visite que le ministre de l’Énergie et de l’Eau Mamadou Frankaly Kéïta, accompagné d’une forte délégation, a effectué dans ces différentes localités du 12 au 14 mai.

Partie de Bamako dans la matinée de jeudi, la mission s’est d’abord arrêtée à Diéma où elle a été accueillie par les autorités administratives et politiques conduites par le préfet Bréhima Diallo. Au programme : la visite de la nouvelle centrale hybride et du château d’eau de la localité. D’un coût de 3,7 milliards Fcfa et un délai d’exécution de 12 mois, la centrale hybride (solaire-diesel) est entrée en service le 28 avril dernier et le système électrique compte, à ce jour, plus de 500 abonnés. La technologie utilisée qui exploite l’énergie solaire permet de réduire la dépendance énergétique du Mali aux importations de produits pétroliers, d’assurer la sécurité énergétique, d’améliorer la continuité, la qualité et la desserte du service public. Il favorise également la reprise du service public de l’électricité à l’arrêt depuis avril 2012 en réduisant le coût de production de l’électricité.

Le volet adduction d’eau potable verra, lui, le raccordement de la centrale au réseau d’adduction d’eau de la ville, la réalisation d’un bassin de stockage de 30 m3 et d’un système de pompage raccordé à deux châteaux d’eau de 15 m3 chacun sur 10 m de hauteur.

L’enseignement se porte forcément mieux lorsqu’il dispose d’eau et surtout d’électricité. A cet égard, le large sourire qu’affichait le proviseur du lycée de Diéma, Bakary Traoré, était à la mesure de la joie des habitants. Il a justement confirmé la grande satisfaction des populations qui applaudissent l’arrivée de l’électricité qu’elles attendaient depuis le mois de juillet 2015. « Je dis merci parce que pendant ces dernières semaines, nous voyons la lumière dans la ville de Diéma, ce qui est salutaire. Et nous espérons que cela s’améliorera en alimentant les endroits où il n’y a pas de lampadaires, où il n’y a pas de poteaux », indique Bakary Traoré. Pour l’instant, témoigne-t-il, toutes les nuits les lampadaires sont allumés et il n’y a pas de délestage contrairement à d’autres contrées du pays.

Juste après, la délégation ministérielle a pris la direction du chef-lieu de région où elle a été accueillie par le directeur de cabinet du gouverneur, Méïssa Fané, en compagnie des autres responsables de la région. A Kayes, Frankaly Kéïta a fait le tour des installations électriques et d’eau, en l’occurrence le nouveau poste de Paparah. Doté d’équipements modernes, ce poste a une capacité de 40 MVA. Il a été construit pour assurer l’alimentation en électricité de la ville et de ses environs grâce à l’extension du réseau de distribution. Celui-ci se prolonge jusqu’à Samé plantation en passant par Darsalam et Samé Ouolo, avec la construction de près de 80 km de réseau de distribution moyenne tension, 13 km de réseau de distribution basse tension dans les quartiers précités et 5 postes de transformation de 15 kv dont 4 sur portique et 1 sur poteau. Ce nouveau poste a coûté 2,3 milliards Fcfa tandis que 712 millions Fcfa étaient dépensés dans l’extension des réseaux de distribution.

La production d’eau est, elle, caractérisée par des difficultés d’approvisionnement en période de forte consommation. Les pompes d’exhaure fonctionnent 24 heures sur 24 tandis que celles qui refoulent l’eau traitée sont souvent arrêtées par manque d’eau dans les bâches d’eau traitée. Le phénomène prive d’eau les points élevés et les extrémités du réseau. La capacité de production maximale actuelle est de 11 500 m3/ jour pour des besoins de pointe estimés à 13 200 m3/ jour, soit un déficit de 1 700 m3/ jour. Le réseau de distribution long de 170,85 km, comprend un château d’eau de 1200 m3 et alimente 8426 abonnés dont 320 fontaines.

PRIORITE POUR LE GOUVERNEMENT. Le ministre Keita s’est rendu sur le site de Lafiabougou Faradabougouni où un groupe de femmes exploitent une borne fontaine dans le cadre de « l’opération citerne » en première région. Cette opération, qui fait partie des mesures d’urgence, fournit gratuitement de l’eau à la population jusqu’à l’arrivée des premières pluies. Fatoumata Diakité, une ménagère visiblement soulagée, explique qu’auparavant, ses sœurs et elle déboursaient 500 Fcfa pour avoir un baril d’eau de robinet contre 300 Fcfa pour celle du puits. Sans oublier qu’elles se réveillaient à 4 heures du matin pour avoir de l’eau. « Maintenant avec cette opération, nous avons l’eau du robinet gratuitement mais nous continuons à acheter l’eau du puits à 300 Fcfa. Cependant, c’est déjà un grand pas », confie-t-elle. Avant de quitter Kayes, le ministre de l’Energie et de l’Eau a visité la direction régionale des eaux de Kayes.

Après la prière du vendredi, la délégation ministérielle a rallié Nioro du Sahel à 365 km de Kayes. Le préfet Sékou Amadou Denon et les autorités administratives et politiques ont accueilli la délégation avant de l’accompagner pour une visite de courtoisie aux familles maraboutiques de Nioro.

Le ministre Keita s’est ensuite rendu à la nouvelle centrale thermique de Nioro du Sahel qui est composée de trois groupes d’une puissance totale de 4,2 MW. Opérationnelle depuis le 3 mai dernier, la centrale a coûté 4 388 506 euros (2,87 milliards de Fcfa) financés par la CEDEAO et EDM sa. Celle-ci est appelée à améliorer la continuité du service et à minimiser les risques de défaillance dus en particulier à l’état du parc existant.

Les visiteurs sont ensuite allés voir un « champ captant ». Celui-ci est un forage qui puise l’eau dans le sous-sol et l’envoie à la station pour traitement. Ce réseau hydraulique s’étend sur près de 44 km.

La ville de Nioro est alimentée par des eaux souterraines fournies par 14 forages d’une capacité totale de 2760 m3/jour. Ces forages fonctionnent grâce à l’électricité du réseau d’EDM sa et de groupes électrogènes. Certains de ces forages ne bénéficient cependant pas de groupes de secours. L’eau produite est expédiée dans un réseau long de 47,8 km qui alimente 1973 abonnés dont 20 bornes fontaines. Techniquement, la station de traitement refoule l’eau dans un premier château d’eau de 200 m3 de mise en équilibre qui alimente à son tour le réseau de distribution et un second château de 600 m3.

Au terme de cette visite de terrain de trois jours, le ministre de l’Énergie et de l’Eau a pu vérifier qu’autant la problématique de l’accès à l’eau potable et à l’électricité est une priorité pour le gouvernement, autant elle constitue une préoccupation majeure pour la population. « Les défis sont énormes mais le gouvernement a entrepris des actions qui permettront d’apporter des solutions pérennes à l’ensemble des problèmes posés dans le secteur de l’eau et de l’électricité et cela à travers la mise en œuvre des schémas directeurs qui sont déjà disponibles pour résoudre définitivement les problèmes qui sont des problèmes de vie pour les populations et l’ensemble du territoire est concerné par ces actions », a annoncé le ministre Keita.

Dernier acte de la tournée, une rencontre avec le groupement des femmes de Nioro. Celles-ci, par la voix de la présidente de la Cafo locale, Hiry Maguiraga, ont remercié les autorités pour les réalisations d’infrastructures d’eau et d’électricité. La représentante des femmes a toutefois déploré le goût de l’eau fournie dans certains quartiers notamment à Dianvly-Counda. Mamadou Frankaly Kéïta a promis que ses services techniques trouveront une solution au problème légitime soulevé.

M. SIDIBÉ

Source : L’ Essor

Vous aimez nos articles, suivez-nous

Articles similaires.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *