Alimentation en eau potable de la ville de Bamako à partir de Kabala : La Boad accorde un prêt de 5 milliards de Fcfa au gouvernement du Mali pour le financement partiel du projet

Le gouvernement malien, à travers le ministre de l’Economie et des Finances, Dr Boubou Cissé vient de signer un accord de prêt avec la Banque ouest africaine de développement (Boad) d’un montant de 5 milliards de Fcfa. Ce fonds est destiné au financement partiel du projet d’alimentation en eau potable de la ville de Bamako à partir de Kabala. 

La Banque ouest africaine de développement (Boad) vient d’accorder un prêt de 5 milliards de Fcfa au gouvernement malien pour le financement partiel du projet d’alimentation en eau potable de la ville de Bamako à partir de la localité de Kabala. La signature de cet accord a fait l’objet d’une cérémonie, le 1er mars dernier, au siège du département de l’Economie et des Finances.

Les documents ont été paraphés d’une part par le ministre en charge de l’Economie et des Finances, Dr Boubou Cissé et d’autre part par le président de la Boad, Christian Adovelande. On notait la présence de plusieurs membres du gouvernement dont le ministre de l’Energie et de l’Eau, Malick Alfousseyni.

Aux dires du ministre Boubou Cissé, ce projet permettra d’assurer l’approvisionnement correct et durable en eau potable de la ville de Bamako et environs. Il porte sur la réalisation, en deux phases, d’une station de production d’eau potable de 288 000 m3/jour sur le site de Kabala, la réalisation d’ouvrages de stockage avec des stations de pompage, des réseaux d’adduction et de distribution d’eau. Sans oublier la réalisation de 2 000 bornes fontaines et plus de 120 000 branchements sociaux.

Cette contribution de la Boad, dira Dr Boubou Cissé, servira à renforcer le système d’alimentation en eau potable de la Commune I et environs par la construction d’un réseau de distribution sur une longueur totale de 98 km, la réalisation de 7 125 branchements sociaux et de 188 bornes fontaines.

“Par le présent accord de financement, la Boad vient de renforcer, une fois de plus, son adhésion et son soutien aux politiques et stratégies de développement de la République du Mali, caractérisée par sa contribution à plusieurs réalisations déjà notamment dans les secteurs de l’Energie, de l’Agriculture, des Infrastructures routières et de Transport ainsi que dans les secteurs sociaux. Il s’agit de l’échangeur multiple au Rond-point de la paix, la réhabilitation des avenues de l’Indépendance et du 22 octobre 1946, la construction en 2×2 voies de la route Bamako-Koulikoro, le développement intégré dans les régions du Nord, les voies urbaines dans les villes de Ségou et Sikasso, l’interconnexion électrique Guinée-Mali. Sans oublier tout le soutien au secteur privé malien” dira le ministre Boubou Cissé.

Cette contribution de la Boad, précisera-t-il, rejoint huit autres partenaires du Mali dont les contributions sont estimées globalement à 284,723 milliards de Fcfa et l’Etat malien pour 4,852 milliards de Fcfa. Et sur un coût total estimé à 294,575 milliards de nos francs. C’est pourquoi, le ministre de l’Economie et des Finances a tenu à remercier tous les partenaires techniques et financiers engagés sur le projet. “Le gouvernement du Mali mettra tout en œuvre pour honorer tous les engagements qui sont les siens pour assurer une exécution harmonieuse du projet.

C’est l’occasion pour moi de renouveler les vives félicitations du gouvernement du Mali à la Boad pour la reprise des financements concessionnels et le mécanisme de bonification du taux d’intérêt y afférent, tout en l’exhortant à maintenir ce dynamisme”a-t-il déclaré.

Le ministre Boubou Cissé a saisi cette opportunité pour rappeler que, depuis avril 2017, le président IBK a engagé le gouvernement à mettre en œuvre, dans les meilleurs délais, le Programme présidentiel d’urgences sociales, qui couvre la période 2017- 2020. Outre l’éducation, l’énergie, la santé et les pistes rurales, l’Axe 3 de ce programme met un accent particulier sur l’accès à l’eau potable. Et le gouvernement a initié le schéma directeur d’alimentation en eau de la ville de Bamako d’ici à l’horizon 2032 et celui des centres de l’intérieur.

Cette initiative, comme l’a si bien précisé Dr Boubou Cissé, a pour objectif d’asseoir une cohérence entre la demande en eau potable et les besoins d’investissement nécessaires au développement de l’hydraulique urbaine.

A.B. HAÏDARA

 

Construction de la route Didieni-Kwala-Mourdiah-frontière de Mauritanie

Le Fonds saoudien pour le développement participe au financement à hauteur de 6,9 milliards de Fcfa

Le ministre de l’Economie et des Finances, Dr Boubou Cissé, avait un agenda très chargé le 1er mars dernier, notamment avec la signature de plusieurs accords. Après la Banque ouest africaine de développement (Boad) il a ensuite procédé à la signature d’un Accord de prêt relatif au financement partiel du projet de construction de la route Didiéni-Kwala-Mourdiah – frontière de Mauritanie et du mémorandum d’entente relatif au programme saoudien de forage de puits et de développement rural en Afrique (Phase V) avec le Fonds saoudien pour le développement.

Pour ce faire, le directeur du Fonds saoudien pour le développement était accompagné par l’Ambassadeur du Royaume d’Arabie Saoudite au Mali. Selon Dr Boubou Cissé, cette signature d’Accords de financement constitue un moment fort dans les relations très fécondes que le gouvernement malien entretient avec le Fonds saoudien pour le développement.

“Par ces Accords que nous venons de signer, le Fonds saoudien pour le développement vient de confirmer son adhésion aux politiques et stratégies de développement du gouvernement du Mali à travers sa participation au financement de la route Didiéni-Kwala-Mourdiah- Nara – frontière de Mauritanie et le financement de la 5ème phase du programme saoudien de forage de puits et de développement rural en Afrique totalisant un montant de 10,6 milliards de Fcfa” a précisé Dr Boubou Cissé.

S’agissant du projet de route Didiéni-Kwala-Mourdiah-Nara -frontière de Mauritanie, il s’agit d’une enveloppe financière de 72,155 milliards de Fcfa. Il consiste en la réhabilitation et le bitumage de cette route sur une longueur d’environ 232,51 km de la route nationale (RN4) dans le cadre du réseau de transport communautaire de l’Uemoa et du réseau routier prioritaire de la Cedeao. Il s’agira d’assurer le désenclavement du pays grâce à l’accès du Mali aux ports de la Mauritanie et de favoriser les échanges commerciaux entre le Mali, la Mauritanie et le Sénégal.

Le Fonds saoudien pour le développement participe donc au financement avec une enveloppe financière de 6,9 milliards de Fcfa.

En ce qui concerne le projet de forage des puits d’un montant de 3,9 milliards de Fcfa, il vise, dira le ministre Boubou Cissé, l’approvisionnement des localités et des zones durables en eau potable à travers la réalisation de 110 forages équipés d’un système de pompage par énergie solaire, la fourniture de châteaux d’eau et l’installation de réseaux de distribution d’eau dotés de fontaines et de robinets. “Il permettra aux populations bénéficiaires de pouvoir se tourner vers des activités génératrices de revenus et d’améliorer leurs conditions de vie, notamment les femmes et les enfants. Les zones d’intervention du projet sont les régions de Koulikoro, Sikasso Ségou et Mopti.  C’est pour vous dire, combien les objectifs des deux projets sont en parfaite cohérence avec les préoccupations constantes du président de la République et visent à contribuer à la mise en œuvre des objectifs du Cadre stratégique pour la relance économique et le développement durable du Mali, document de référence du gouvernement du Mali en matière de politique de développement “ dira-t-il.

                                A.B. HAÏDARA

Aujourd’hui-Mali

Vous aimez nos articles, suivez-nous

Articles similaires.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *