Agriculture écologique et biologique au Mali: une mission de bio vision à Bamako demain

Après la mission d’évaluation de son émissaire, Hervé BOUAGNIMBECK, en mars, c’est une forte délégation de Bio-vision Africa Trust, basée au Kenya, qui va rencontrer, demain jeudi, à l’hôtel Mandé de Bamako, les piliers ou parties prenantes pour l’Initiative Agriculture écologique biologie au Mali (AEB-Mali).

conference reunion Initiative Agriculture ecologique biologie Mali AEB Mali

En prélude à cette rencontre de haut niveau, placée sous l’égide du ministère de l’Agriculture, les responsables de la Plateforme du mouvement AEB-Mali ont tenu, hier mardi, au siège de l’Association des organisations professionnelles paysannes (AOPP) sis à Kalaban-Coura, une réunion préparatoire dont l’objet était de discuter de la reprise de la mise en œuvre de l’Initiative AEB au Mali ; et confirmer le choix du CLO (Organismes leaders de Pays) et partenaires de mise en œuvre des Piliers compétents.
Deuxième du genre, la rencontre était présidée par Issa COULIBALY, chef de projet à l’AOPP, en présence de plusieurs responsables, notamment de Siaka DOUMBIA et Joseph DIASSANA de Helvetas ; Fagaye SISSOKO de l’IER-Sikasso ; M SOW, représentant de la direction nationale de l’Agriculture (DNA) ; Djibril TRAORE, administrateur du MoBioM ; le Dr Amadou TRAORE, IPR/IFRA ; Adama CAMARA, maire de Bancoumana, Abdrahamane TAMBOURA, etc.
Selon M COULIBALY, la rencontre de demain avec la forte délégation kenyane portera sur l’examen de l’état de mise en œuvre de l’AEB-Mali et la mise à jour du CLO et piliers de la Plateforme du mouvement de l’agriculture écologique et biologique malien.
Au fait, après le Programme détaillé pour le développement de l’Agriculture africaine (PDDAA) adopté à Maputo par la conférence des chefs d’État africains, l’Union africaine (UA) s’est engagée depuis 2007 à soutenir l’initiative AEB pour faciliter son intégration dans les politiques agricoles des pays africains.
Ainsi, la Coopération suisse au développement (DDC), suite aux négociations du Comité de pilotage de l’Initiative AEB, s’est, à son tour, engagée à appuyer la mise en œuvre de ladite initiative dans 8 pays africains : l’Ouganda, le Kenya, l’Éthiopie, le Rwanda, le Mali, le Sénégal, le Bénin et le Nigeria.
Au Mali, après la signature de la convention entre le Mouvement biologique malien (MoBioM), élu Country Lead Organisation (CLO), et Bio Vision Africa Trust, en 2012, le projet intitulé : « Étude sur l’état des lieux des initiatives sur l’Agriculture écologique et biologique (AEB) au Mali » a été lancé. Son objectif global était de « bâtir une situation de références des acteurs de l’Agriculture écologique-biologique au Mali ».
Malheureusement, depuis le lancement de ce projet en 2013 qui a vu la mise en place des organes de gestion (les responsables des 3 piliers, le Comité de pilotage et les membres de la Plateforme AEB) il a eu du mal à fonctionner normalement. Pour preuves : Les acteurs membres de la Plateforme étaient moins informés des activités du projet.
Les responsables des 3 piliers (recherche, communication, chaînes de valeur) étaient en retard dans la mise en œuvre des activités qui leur sont confiées par manque de fonds.
Pis, le financement des activités de 2015 n’a pas été encore perçu. D’ailleurs, le Comité de pilotage ne se réunit presque pas. Tous ces retards et la léthargie dans le fonctionnement normal du projet sont dus uniquement aux querelles internes au sein du CLO. En effet, le CLO, MoBioM, traverse une grave crise de gouvernance, depuis 2012, marquée par des interminables procès judiciaires (plus d’une vingtaine de procès en 3 ans), qui entachent aujourd’hui la notoriété de cette organisation autant au Mali que sur le plan international. Alors, tous les observateurs sont convaincus que ce mauvais fonctionnement notoire du CLO ne laisse aucune place au succès de ce projet. C’est fort de ces tristes réalités et pour donner une chance de survie au projet AEB au Mali, dont nul ne doute de son utilité pour les producteurs et pour le pays, que les membres de la Plateforme, en présence de l’émissaire de Biovision Trust, dans un communiqué ayant sanctionné la rencontre, ont entériné : la décision prise en octobre 2015 de retirer au MoBioM le titre de CLO de l’initiative AEB au Mali et de designer l’AOPP (Association des organisations professionnelles paysannes) comme le nouveau CLO.
C’est au regard de tous ces enjeux que la rencontre de haut niveau de demain s’avère déterminante pour la clarification de la situation du projet et surtout la redynamisation du mouvement Agriculture écologique et biologique malien, au bénéfice de tous.

Par Sékou CAMARA

 

Source: info-matin

Vous aimez nos articles, suivez-nous

Articles similaires.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *