Agriculture : DU MATERIEL AGRO-ALIMENTAIRE POUR DES JEUNES RURAUX

Au total, 118 jeunes dont 30 femmes de la commune rurale de Founia,  dans le cercle de Kita, ont bénéficié, vendredi dans la localité, de kits de matériels et d’intrants agro-alimentaire,  dans le cadre du projet « Jeunesse au travail : Réduction de la Pauvreté rurale ».

kassoum denon ministre agriculture
La remise symbolique officielle d’échantillon de kits a concerné principalement la filière maraîchère. Il s’agit de 8 périmètres maraîchers d’un hectare, 8 puits maraîchers, 8 charrettes et ânes, 8 motopompes, 16 pulvérisateurs des semences et un lot de petits matériels.
Ce projet de 2 ans, une initiative du gouvernement du Mali, est financé à hauteur d’un milliard par le Fonds fiduciaire de solidarité africaine (ASTF), à travers l’Organisation des Nations unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO). Il est mis en œuvre par l’organisation onusienne et la Direction nationale de l’agriculture. Le projet contribuera, directement, à la création d’au moins 400 nouveaux emplois et à l’amélioration de la qualité d’environ 1000 emplois pour les jeunes femmes et hommes ruraux âgés de 15 à 35 ans, dans les régions de Kayes et Mopti.
Cette création d’emplois, pour le ministre de l’Agriculture, Kassoum Denon, « s’inscrit en droite ligne de la politique générale du gouvernement du Mali visant à réduire la pauvreté rurale, à travers l’emploi des jeunes ruraux et une meilleure sécurité alimentaire de la population ». « Elle participe aussi à l’atteinte des objectifs fixés par le projet de société du Président de la République, Ibrahim Boubacar Keïta, qui ambitionne de créer 200.000 emplois à l’horizon 2018 », a ajouté le ministre.
Selon lui,  la création d’emplois attrayants et décents pour les jeunes ruraux dans le secteur agricole  « contribue de manière significative à l’augmentation de la résilience, la réduction de la pauvreté rurale et la sécurité alimentaire au Mali ».
Si les jeunes sont le futur de l’agriculture et des autres industries locales, pour la Représentante résidente de la FAO au Mali, Fatima Seïd, « il leur manque souvent l’orientation et le soutien nécessaires pour contribuer pleinement au développement de leurs communautés ». C’est ce qui, selon elle, « entretient le cercle vicieux des problèmes de développement rural et de la pauvreté ». « Reconnaitre les besoins et aspirations des jeunes, y répondre est vital pour la croissance locale et nationale », a affirmé Fatima Seïd dans son allocution.
Le travail de la terre est tout ce qui reste aux 12 000 âmes de Founia  « dont moins de 2% de la jeunesse prend le chemin de l’aventure ou de l’exode », a en croire Sidi Dembélé, maire de la commune rurale. « Nous sommes tous convaincus à Founia que le travail de la terre est source de développement », a ajouté M. Dembélé avant de saluer l’Etat et ses partenaires pour cette remise de matériels.
« C’est un honneur pour une population qui ne vit que de la terre de recevoir le ministre de l’Agriculture dans le cadre d’une remise de matériels agricoles. Ces matériels de travail permettront aux bénéficiaires d’être autonomes et plus compétitifs dans ce monde ou l’amateurisme n’a plus de place. Ce projet, qui participe à la création d’opportunités de travail décent pour les jeunes femmes et hommes ruraux, est, sans doute, la référence la plus adéquate à l’épineuse question de la crise du chômage des jeunes », a encore dit le maire.
« A travers ce projet l’Etat réaffirme, sous la clairvoyance du président Ibrahim Boubacar Keïta, sa volonté et sa détermination à apporter une réponse adéquate à la problématique de la promotion des jeunes », a affirmé l’édile dans son discours.
Pour Sidi Dembélé, l’appui constant du département de l’agriculture n’a jamais fait défaut, à travers ses services déconcentrés comme l’ASSAP-PAPAM qui a non seulement contribué à l’élaboration du Programme communal d’adaptation au changement climatique de Fouina mais a aussi réalisé des aménagements pour un montant total de 80 millions de Fcfa.
La remise officielle s’est déroulée, sous la présidence du ministre de l’Agriculture et en présence de la représente résidente de la FAO au Mali, du maire de la commune rurale, du chef dudit village, Django Korolé Cissé, et du président de la commission développement rural de l’Assemblée nationale du Mali, Idrissa Sankaré, entre autres.
K. DIAKITE

Source : L’Essor

Vous aimez nos articles, suivez-nous

Articles similaires.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *