Affaire Menankoto : Quand B2GOLD sous-estime le Mali !

Après avoir déclaré, devant Dieu et les hommes, qu’elle respecte les textes du Mali, la société minière canadienne, B2GOLD, vient de sous-estimer, à travers une procédure d’arbitrage international contre le Mali, non seulement la justice malienne mais aussi le pays tout entier. Sinon, pourquoi demander un arbitrage international alors qu’il y a une décision de justice malienne ? Cet arbitrage international est une insulte pour la nation malienne.

 

« Nous sommes confiants que la loi va être dite au Mali et le permis va nous revenir de façon légale. Donc sur cette base, nous allons retirer notre situation au niveau de la Cour suprême.

Actuellement, nous sommes dans l’attente de voir ce que le nouveau gouvernement va faire. Au cas où ce nouveau gouvernement ne dit pas le droit, nous sommes prêts à aller à un arbitrage international ». Ces propos sont du premier responsable de B2GOLD lors de sa conférence de presse tenue il y a quelques semaines. Ce qui est déplorable, les faits récents sont contradictoires à ce discours. La réalité est que la société B2GOLD n’a aucun respect pour les textes maliens, encore moins l’État malien.

Pourquoi B2GOLD ne devrait pas entamer un arbitrage international contre le Mali

La société qui dit respecter les textes maliens, a entamé, selon des sources, une procédure d’arbitrage international contre le Mali. Quelle incohérence ! Si cette société canadienne respectait la loi malienne comme elle le disait, elle n’allait pas piétiner la décision de la plus grande juridiction du Mali. La section administrative de la Cour suprême du Mali a tranché ce dossier. Saisie par B2GOLD, elle-même, cette juridiction avait validé l’attribution du permis de recherche de Menankoto à la Société Litle Big Mining. Donc si B2GOL respectait la loi malienne, elle n’aurait pas dû parler d’un arbitrage international alors que le Mali a déjà tranché le dossier. La saisine des juridictions internationales prouve que B2GOLD sous-estime la justice malienne. Elle n’a aucun respect pour cette justice.

Un autre point. Si la société B2GOLD avait un peu d’estime ou d’amour pour le Mali, vu la situation difficile que traverse ce pays, elle ne devrait pas entamer un arbitrage international contre le Mali. Par cette démarche, elle prouve qu’elle s’en fiche de l’intérêt du Mali. Tout ce qui intéresse société canadienne, c’est les ressources minières maliennes. Et les Maliens doivent comprendre cela.

Une troisième raison pour laquelle B2GOLD ne devrait pas entamer un arbitrage international contre le Mali, c’est que depuis l’annulation illégal du permis de Litle Big Mining par Moctar Ouane, les autorités ne l’ont attribué à aucune autre société d’abord. Si ce n’est pas pour faire le chantage aux autorités maliennes, B2GOLD aurait dû attendre à ce que le permis soit, à nouveau, attribué à Litle Big Mining pour pouvoir parler d’arbitrage.

Source : Le Mali Avec LE PAYS

Vous aimez nos articles, suivez-nous

Articles similaires.