Aéroports du Mali : Les prétextes n’ont jamais manqué de tenir à l’écart un cadre valable

Les prétextes sous ce régime n’ont jamais manqué pour limoger un cadre valable au Mali et l’une des raisons qui poussent les cadres à tomber sous le charme du régime en place plutôt de travailler sauf que les maliens sont monnayables sinon le régime actuel ne devrait, selon la grande majorité des populations être réélu en 2018, au regard de la chute ou la marche en arrière dans tous les secteurs clefs de développement.

aeroport-international-modibo-keita-senou-chantier

Le cas des Aéroports du Mali passe difficilement sous silence, en prêtant une autre image au PDG sortant c’est plutôt qu’IBK a cédé devant ses responsabilités. Pour rappeler il quitte les aéroports dans un état bien meilleur ce qu’il a trouvé. Ce qui confirme bien la qualité d’un bon travailleur. Certes, un militaire comme certains l’auront dit, il est un citoyen comme les autres alors que l’aviation est plus militaire que civil dans tous les pays sérieux. Le régime n’ayant pas certainement de prétexte car ce serait intéressant de mettre le choix de la personne pour mobiliser des recettes pour des fins de campagne présidentielle à venir.

Avec la complicité politicienne, il a été limogé de son poste de Président directeur général (PDG) verbalement sans lui avoir notifié le décret qui abroge sa nomination   bien avant le remaniement ministériel où la patronne avait en charge le département des Transports, parce que selon les sources bien introduites, il se serait opposé à la privation de la structure et voilà parce qu’il devienne une cible à abattre. Alors que cette structure n’est pas à sa première privatisation, elle aurait été bradée à environ 30 milliards et exonéré d’impôts pendant 25 ans. Cependant vous comprendrez aisément que ce régime en place ne connait même pas le bonheur à fortiori d’aller chercher pour les maliens.

A en croire, une source aux impôts, les aéroports exonérés pendant cinq ans il faut estimer la perte à l’Etat de plus de 200 milliards, sans compter si cette rumeur de privatisation sera bien confirmé, les trucs le nouveau concessionnaire selon les sources doivent renvoyer 60% du personnel. Et comment peut-on croire à un tel régime ayant le souci de donner de l’emploi aux citoyens accepterait que plusieurs chefs de famille soient renvoyés au chômage ? Selon nos informations, le départ du PDG sortant intervient par le fait qu’il s’inscrive contre cette démarche de privatisation des Aéroports du Mali et consécutif à son opposition, IBK laissant les mains libres aux prédateurs de la république ont promis de lui faire payer son opposition au projet, car son objectif étant le contraire. Alors qu’ils auront, eux-mêmes,  des difficultés à faire profiter l’Etat des dividendes pour les Aéroports plus rentables, à moins qu’ils mentent au peuple, selon un cadre du secteur aéronautique national du Mali.

S. Landouré

Vous aimez nos articles, suivez-nous

Articles similaires.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *