57ème sommet de la Cédéao : la protection de l’environnement et le lancement de l’ECO parmi les préoccupations

Le 57e sommet des chefs d’État et de gouvernement de la Cédéao a vu apparaître les préoccupations environnementales au cœur des discussions. Plusieurs textes ont été adoptés pour la protection de l’environnement dans l’espace Cédéao.  En plus de cela, le report du lancement officiel de la monnaie unique a été acté.

Plusieurs problèmes communs aux Etats membres de la Cédéao ont été abordés au cours du sommet des chefs d’Etat et de gouvernement de la Cédéao, le 7 septembre 2020 au Niger. Parmi ces nombreux problèmes, on peut noter la protection de l’environnement ainsi que la question de la monnaie unique, ECO.

Des textes pour la protection de l’environnement

La feuille de route et le règlement qui l’accompagne pour la réduction de 50 % de la consommation des véhicules de poids légers d’ici 2050, la réglementation sur la biosécurité et le plan d’action régional pour l’environnement de la période 2020-2026, le règlement relatif à la Stratégie régionale de la Cédéao pour la vulgarisation du Gaz de Pétrole liquéfié (GPL) comme énergie de cuisson domestique, sont entre autres des textes adoptés dans l’espace Cédéao pour la protection de l’environnement.

Au cours de ce sommet ordinaire du lundi 7 septembre 2020, « les Chefs d’État et de gouvernement [ont noté ndlr] les efforts déployés par la CEDEAO pour réglementer, vulgariser et promouvoir les sources d’énergie alternatives, y compris l’économie de carburant pour la communauté ». Une initiative basée sur l’Initiative mondiale pour les Économies de Carburant (GFEI) et qui vise à améliorer l’économie de cette ressource et à assurer une plus grande efficience de l’usage des véhicules grâce à une réduction de 50 % de la consommation des véhicules de poids légers d’ici 2050.

Ce sommet des chefs d’État et de gouvernement de la Cédéao a été également une occasion particulière pour adopter la stratégie de la feuille de route régionale et le projet de règlement qui l’accompagne.

Aussi faut-il noter que dans le cadre de la sécurité environnementale, la Conférence a adopté la réglementation sur la biosécurité et le plan d’action régional pour l’environnement de la période 2020-2026. Dans cette réglementation « sont identifiées les actions à mener pour protéger, préserver et améliorer l’environnement dans l’espace CEDEAO », indique-t-on dans le communiqué final de la rencontre.

Au titre des textes adoptés pour assurer une meilleure protection de l’environnement dans l’espace Cédéao, notons également le règlement relatif à la Stratégie régionale de la CEDEAO pour la vulgarisation du Gaz de Pétrole liquéfié (GPL) comme énergie de cuisson domestique. Un règlement adopté par le Conseil des ministres de l’organisation et qui a reçu les acclamations des chefs d’État et de gouvernement de l’institution régionale.

Au cours de ce sommet annuel de la Cédéao, deux (2) directives ont été adoptées. Il s’agit entre autres de : les spécifications harmonisées des carburants (essence et diesel) dans l’espace Cédéao ; l’harmonisation des limites d’émission de gaz d’échappement et de particules des véhicules légers, lourds, à deux roues, des tricycles et des quadricycles, ainsi que de l’âge limite pour l’importation de véhicules.

Le lancement de l’ECO différé

La conférence des chefs d’État et de gouvernement de la Cédéao « note que même si la convergence a pris fin le 31 décembre 2019, les conditions nécessaires permettant à la CEDEAO de passer à une phase de stabilité et de consolidation de la performance ne sont pas réunies, comme énoncées dans le Pacte de Convergence et de stabilité macroéconomique entre les États membres de la CEDEAO. Elle note également l’impact négatif de la Covid-19 sur le respect par les États membres des critères de convergence macroéconomique en 2020 », lit-on dans le communiqué final du 57e sommet des chefs d’État, tenu le lundi 7 septembre 2020 au Niger. La pandémie de la Covid-19 a entrainé des crises financières et économiques au sein de la plupart des États de cette région.

Au cours de ce 57e sommet ordinaire, les chefs d’État des pays membres de la Cédéao ont décidé d’élaborer une nouvelle feuille de route et de différer le lancement de l’ECO, la monnaie unique. Ils décident également de conclure entre les États membres de la Cédéao, un nouveau pacte de convergence et de stabilité macroéconomique.

Rappelons qu’initialement, le lancement officiel de cette monnaie était prévu pour le 1er juillet 2020. Pour raison de covid-19, l’entrée en vigueur de cette monnaie avait finalement été remise à la fin d’année 2020.

F. Togola

Source: Journal le Pays

Vous aimez nos articles, suivez-nous

Articles similaires.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *