4ème Réunion du groupe des donateurs du Mali : Le satisfécit de Bouaré Fily Sissoko

ministre economie finances bouare fily sissoko discours

Paris tranche nettement avec la tonalité de certaine presse. C’est, du moins ce qui ressort de la rencontre entre le Premier ministre Moussa Mara à la tête d’une forte délégation et les partenaires du Mali. Grosso modo, c’est le satisfecit pour le Mali qui est sur la sellette, ces derniers temps. Même le chef de la dernière mission d’évaluation du Fonds monétaire international (FMI) au Mali, Christian Josz a jugé le climat favorable à l’ouverture du porte-monnaie en faveur de notre pays.

« Le sommet de Paris a salué la transparence de Bamako », c’est sur ces mots que la conférence des groupes de donateurs du Mali a commencé. Signe que le ton était nettement à la satisfaction surtout par rapport aux efforts déployés par le gouvernement de la République du Mali pour assurer la transparence dans la gestion des finances publiques , mais aussi sa volonté d’engager une lutte sans merci contre la corruption qui gangrène plusieurs corporations de l’Etat. Devant les partenaires du Mali, la patronne de l’hôtel des finances, Bouaré Fily Sissoko a fait un diagnostic sans complaisance du cadrage macro-économique du pays. Elle a, dans la foulée, fait part des efforts inlassables consentis par le Mali pour assurer la rigueur et la transparence dans la gestion du patrimoine public. Elle a en outre porté à la connaissance du groupe des donateurs, les grandes lignes du budget 2015 et la stratégie budgétaire à mener en matière de programme des finances. Avant, d’expliquer, dans les moindres détails, les reformes fiscales en cours en vue de l’amélioration du climat des affaires. Le tout dans le souci d’avoir une parfaite maitrise de la collecte des ressources internes. Toute chose qui a permis aux nombreuses personnalités et autres experts présents de saluer de façon solennelle, les efforts colossaux déployés par le Mali en terme de reformes majeures afin que le pays rejoigne le club des pays émergents. Aussi, le groupe des donateurs s’est félicité des conclusions positives lors des dernières discussions avec le FMI. Faut-il le rappeler, le représentant du FMI à la table ronde de Paris n’était autre que Christian Josz celui-là même qui a récemment passé à la loupe l’état des finances du Mali. Suite à la quelle, le Mali a été classé bon élève du FMI. M. Josz a solennellement et publiquement fait part de la volonté de Bamako d’être transparent en matière de gestion des finances publiques. Toute chose qui a permis à son institution de signer un accord financier avec le Mali.

 

A la cérémonie de clôture, le chef de l’exécutif Moussa Mara après avoir salué l’atmosphère conviviale qui a prévalu tout au long des discussions a souligné que le Mali est en train de prendre le train en marche en vue de résoudre la crise. Aussi, il s’est dit déterminé à fournir davantage d’efforts pour réaliser son rêve : celui de faire du Mali un pays respecté dans le concert des grandes nations. Pour cela, indique le Premier ministre malien, une lutte implacable sera menée contre l’injustice, la corruption. Ces maux, ils, seront combattus avec la dernière énergie afin de permettre au pays d’assurer sa relance économique durable et pérenne. Fort des ces assurances, le groupe de suivi budgétaire se tiendra en février prochain à Bamako pour continuer à suivre les engagements mutuels du gouvernement et des bailleurs de fond en vue de la stabilité économique et sociale du pays. C’est donc un signal fort que Paris adresse à Bamako par rapport aux efforts consentis pour la modernisation de son économie et pour la stabilité sociale, gage de tout développement. Ce qui ne fera que renforcer le processus de dialogue entamé avec les groupes armés. A cette rencontre de Paris étaient présents l’envoyé spécial du secrétaire général de l’ONU, du président de la commission de la CEDEAO, du président de la commission de l’UEMOA et du directeur général adjoint du Développement et de la Coopération de la Commission Européenne, du représentant spécial de l’Union Européenne pour le Sahel, les principaux partenaires bilatéraux et multilatéraux, les Organisations Internationales et régionales ainsi que des représentants des Collectivités Locales , du Secteur Privé et de la Société Civile.

 

Badou S.Koba                

SOURCE: Tjikan
Vous aimez nos articles, suivez-nous

Articles similaires.