30% d’augmentation sur les frais de dédouanement ; Les commerçants désapprouvent cette mesure

La nouvelle mesure prise la Direction Générale des Douanes visant à augmenter les frais de dédouanement des marchandises à hauteur de 30% devient une véritable pomme de discorde entre gabelous et opérateurs économiques. Ces derniers comptent paralyser l’économie malienne si les douaniers ne reviennent pas sur une décision qu’ils appellent « Bidon ».

Modibo Kane Kéita directeur general douane

Durant toute la journée de jeudi 18 février dernier, Douaniers et commerçants ont voulu se mettre d’accord sur une augmentation de 30% des frais de dédouanement des marchandises. Mais malheureusement les opérateurs ne comptent pas accepter une mesure qu’ils appellent bidon et impopulaire. Il s’agit-là pour bon nombre de commerçants d’une imposition de la Direction Générale des Douanes pour se faire voir. « Nous n’accepterons jamais cette augmentation faite uniquement pour rembourser les dettes liées à l’achat de l’avion présidentiel ou autres dépenses du pouvoir en place » s’énerve un commerçant le mercredi 17 février dernier au bureau des douanes à Kati. Il indique qu’il n’a jamais été informé d’une quelconque augmentation avant de s’indigner si on est réellement dans un Etat sérieux. Cet autre commerçant qui a gardé l’anonymat se dit pessimiste par rapport au développement de ce pays. Il pense à une politisation des services de douanes. « Je pense que Douaniers et commerçant vont de pair, nous sommes des partenaires indispensables pour le développement d’un pays. Et chaque Etat doit accorder des facilités à ses opérateurs économiques. Mais malheureusement au Mali, on cherche à nous ruiner » déplore notre commerçant, avant de dire qu’il préfère perdre ses marchandises que d’accepter cette mesure impopulaire et injustifiée de la Douane. « Depuis l’arrivée de la présente équipe à la tête de la Douane, c’est l’enfer chez nous les commerçants. Ils ont mis en faillite bon nombre d’opérateurs économiques. Ça suffit, nous ne payerons rien de plus. Le Mali appartient à tous ses fils » menace-t-il.

Du côté de la Douane, la seule explication qui vaille, c’est de dire qu’il s’agit pour eux douaniers d’appliquer le Tarif Extérieur Commun (TEC) de l’espace CEDEAO. Mais certains douaniers déplorent le manque de communication autour de cette augmentation. Pour eux, la Direction Générale devrait renforcer sa politique de communication en la matière. Elle devrait même initier des sketchs télé et radios dans les langues maternelles pour informer et sensibiliser les populations particulièrement les opérateurs économiques par rapport à cette augmentation. Tout ce qui allait faciliter le travail des agents sur le terrain.

Ce conflit commerçants-douaniers, n’arrange aucune des parties. Ça va nécessairement jouer la mobilisation des recettes à temps handicapant  l’Etat à faire face aux défis  de développement. Il jouera aussi sur le commerce de nos opérateurs économiques parce que leurs marchandises sont bloquées aux portes de Bamako. Le stationnement des dizaines de camions sur la route peut entrainer également  des accidents de circulation routière. Tous ces paramètres doivent être étudiés par l’équipe des gabelous dirigée par Modibo Kane Kéita afin de décanter rapidement une situation qui n’a que trop durée.

A bon entendeur salut !

Boubacar Rouamba

Source: Ciwara Info

Vous aimez nos articles, suivez-nous

Articles similaires.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *