2iè édition du forum du Cajou Sahélien (FOCAS) : les acteurs s’engagent pour le développement de la filière

L’hôtel Salam a abrité les 5, 6 et 7 août 2019,  la traditionnelle rencontre annuelle des responsables de la filière anacarde,  venus d’un peu partout en Afrique  pour la circonstance.  La cérémonie  était présidée par le secrétaire  général du ministère de l’Agriculture et placée sous le thème  « Amélioration de la compétitivité  de la chaine  de valeur anacarde  dans les pays  sahéliens ».

 

Le secrétaire général du ministère de l’agriculture Lassine Dembélé avait à ses côtés le président de l’Inter Profession Anacarde du Mali (IPROFAM), Ibrahim Togola, celui de l’Alliance pour le Cajou africain Florentino Nanque et plusieurs responsables de la filière anacarde.

A l’ouverture des travaux, le président de  l’IPROFAM,  Ibrahim Togola a mis l’accent sur  l’importance de la production de  l’anacarde qui est  cultivée  à Kayes, à Koulikoro, à Sikasso et à Ségou, mais dit-il « celle-ci est très marginalisée  dans le tissu économique de notre pays ».  Et d’ajouter qu’il  est  difficile pour nos cultivateurs, nos commerçants y compris nos  transformateurs de se faire accompagner par nos institutions financières (Banque et IMF par exemple) durant la campagne anacarde. Pour lui, la filière anacarde a beaucoup souffert cette année,  notamment  à cause d’une baisse inattendue des prix  de la noix brute.

Toujours selon lui, ces  disfonctionnements ont non seulement provoqué du faible taux  de transformation dans nos pays, sans oublier la difficulté de mobilisation de financement interne  auprès de nos institutions financières. Toute chose, explique le président de l’IPROFAM Ibrahim Togola, qui rend  cette filière dépendante  des acheteurs internationaux  qui, par ailleurs,  fixent les prix  à leur bon gré.

Ainsi, le patron de cette structure agricole   a rappelé que les noix  ont passé de plus de 600F CFA par kilogramme bord champs en 2018 à moins de 80 FCFA par kilo cette année  et cela, dans plusieurs localités du pays.  Avant d’inviter  les décideurs d’accompagner davantage les acteurs de la  filière anacarde de la région  en vue de promouvoir cette production rentable pour le bien de nos populations.

Le secrétaire général du ministère de l’agriculture Lassine Dembélé  a indiqué que la filière anacarde joue un rôle  important dans l’économie  nationale des pays africains et participe  à la création d’emplois. Il a, par ailleurs, rassuré les acteurs, l’accompagnement de son département pouvant faire ce secteur un outil de développement par tout au Mali.

Yacouba COULIBALY

Yacoubatenimba74@gmail.com

Vous aimez nos articles, suivez-nous

Articles similaires.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *