Zone de Nampala : Seize Jihadistes arrêtés en possession d’armes des militaires maliens tués

Un ratissage de la zone d’insécurité comprise entre Nampala, Lèrè et Ténékou est en cours, sous le Commandement du Colonel Major Ntachnit Ag Inticane. 16 terroristes ont été appréhendés, dont certains ont participé à l’attaque de Nampala, le 5 janvier dernier, comme l’Imam de Tili-Coura.

patrouille mixte nord mali minusma misma force etrangere soldats armee nations unie onu casque bleus armée malienne

L’armée malienne vient d’opérer une prise de 16 Jihadistes dans la zone de Nampala. Parmi eux, trois ont été identifiés comme ayant ayant pris part à l’attaque de Nampala par les Jihadistes, le 5 janvier 2015, tuant 11 militaires maliens et faisant plusieurs blessés. Ces terroristes attrapés ont été trouvés en possession des armes ayant appartenu à cinq militaires maliens abattus lors de l’attaque de Nampala par les Jihadistes. « Nous avons récupéré 9 armes de guerre, des cartouchières, des tenues et plusieurs autres matériels militaires. Les armes de cinq de nos militaires abattus à Nampala ont été trouvées sur eux, ainsi que des cartouchières », selon une source militaire contacté.

Les personnes appréhendées sont essentiellement de peau noire. « Aucun parmi eux n’a la peau claire. Il s’agit de peuls noirs », selon nos sources. Un notable de la zone est parmi lesdits terroristes, à savoir « l’Imam de Tili-Coura », village situé entre Nampala et Diabali et à 40 km de Diabali.

Cette patrouille du GTIA (Groupement tactique inter-armes) composé de l’armée de terre, la garde nationale et la gendarmerie, est sous le commandement du Colonel Major Ntachnit Ag Inticane, Commandant de la deuxième Région militaire (Ségou), selon nos sources. On note également, la présence du Commandant Boubou Bocoum du GTIA de Nampala qui a participé à l’opération.

Selon nos sources, l’Imam capturé n’est pas un imam de mosquée ni d’école coranique, c’est juste un titre de combattant. Il dispose de « Talibés d’attaques et sa maison servait de magasin d’armes », selon une source militaire. La zone pullule  de « Talibés, avec des armes sous le boubou », et potentiellement dangereux pour la paix et la sécurité. Des téléphones portables ont été saisis sur les terroristes. Et quand celui de l’Imam de Tili-Coura a sonné, le Commandant de troupes auteur de la capture décroche, il a un Talibé au bout du fil qui demande: « Imam, à quand notre prochaine opération ? ». Réponse du Commandant : « demain » !

B . Daou

source : Républicain

Vous aimez nos articles, suivez-nous

Articles similaires.