Vive polémique en Afrique francophone après la convocation d’un sommet du G5-Sahel par Emmanuel Macron

La convocation par le président Emmanuel Macron d’une réunion de “clarification” avec les pays du G5-Sahel, le 16 décembre à Pau, en France, a suscité des réactions parfois hystériques des internautes ouest-africains.

C’est une déclaration particulièrement ferme du président Emmanuel Macron qui a déclenché la polémique. Alors que la France venait de rendre un hommage national aux treize soldats français morts dans un accident d’hélicoptères dans le nord du Mali.

“Je ne peux, ni ne veux avoir des soldats français sur quelque sol du Sahel que ce soit, alors même que l’ambiguïté persiste à l’égard de mouvements antifrançais, parfois portés par des responsables politiques”, a-t-il déclaré lors d’une conférence de presse en marge du sommet de l’Otan réuni le 4 décembre à Watford, près de Londres.

Dans une vidéo postée sur la page Facebook de son parti (LIDER), l’opposant ivoirien Mamadou Koulibaly, ancien président de l’Assemblée nationale de Côte d’Ivoire, interpelle le président Macron. Il refuse de cautionner l’existence d’un sentiment anti-français en Afrique francophone, où les français vivent en “parfaite harmonie” avec les populations qui les accueillent. Il suffit de se rendre à Abidjan pour s’en assurer, suggère-t-il.

“Quand on descend à l’aéroport d’Abidjan, le boulevard qu’on prend s’appelle Giscard d’Estaing, le pont qu’on emprunte s’appelle De Gaulle, la route qu’on prend pour aller à l’université s’appelle boulevard François Mitterrand. Non, nous n’avons ici en Afrique francophone rien contre les Français”, affirme Mamadou Koulibaly. Mais il reconnaît que la nouvelle génération africaine qui observe les relations entre Paris et ses anciennes colonies ressent un réel malaise.

“Ce que la nouvelle génération veut, ce que nous voulons, c’est l’auto-détermination. Que nos chefs d’Etats nous rendent compte ici. Qu’ils ne soient pas obligés d’aller vous rendre compte pour se donner une certaine légitimité. Nous ne voulons plus être sous la tutelle de quelqu’un. Nous voulons redevenir des hommes libres”, plaide le candidat à la présidentielle ivoirienne de 2020.

Une rencontre qui transpire “le paternalisme déplacé”
Sur les sites d’information ouest-africains, la polémique est vive. Certains internautes fustigent une rencontre de Macron qui transpire “le paternalisme déplacé, la condescendance et qui frise même l’insulte à nos Etats”. Sur le site Le Faso.net, un lecteur burkinabè fait éclater sa colère.

Que Macron aille s’occuper des Français et qu’il nous laisse en paix avec nos démons à combattre
Un internaute burkinabè
sur le site Le Faso.net

Des propos aussitôt qualifiés “d’irresponsables et d’immatures” par des internautes burkinabè qui rappellent que l’armée française est venue apporter son aide à la demande des pays africains.

“Tous ceux qui se cachent derrière leurs écrans d’ordinateurs pour raconter des balivernes, ils étaient où pour stopper les jihadistes quand ils étaient aux portes de Bamako. Vous faites la propagande de ces terroristes sans le savoir”, s’insurge un internaute sur le site le Faso.Net

“Pourquoi pas les Russes et les Chinois pour faire le boulot”
A ceux qui soutiennent l’initiative du président Emmanuel Macron, les détracteurs de la présence française dans les zones rouges du Sahel suggèrent de faire appel aux Russes et aux Chinois pour faire le boulot. Une idée aussitôt qualifiée de naïve et de fantaisiste par des internautes burkinabè. “Ceux qui pensent que d’autres pays comme la Chine ou la Russie vont envoyer leurs hommes mourir au Sahel pour rien se trompent lourdement… Vous pensez qu’ils viendront mourir ici sans contrepartie ?”, interrogent-ils. Et de mettre en garde ceux qui se trompent d’ennemis : “Après le départ de l’armée française, le réveil sera très difficile pour bon nombre d’entre vous.”

Au Burkina, où la plupart de ces réactions ont été recueillies, le journal Le Pays estime que la rencontre de Pau permettra à Emmanuel Macron et à ses alliés du Sahel (Mauritanie, Mali, Burkina Faso, Niger et Tchad) de mettre les points sur les i, et “de solder définitivement, dans un sens ou l’autre, les comptes d’une coopération militaire qui n’en finit pas de faire des gorges chaudes dans l’Hexagone et au Sahel”.
Source : francetvinfo

Vous aimez nos articles, suivez-nous

Articles similaires.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *